Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 Voyage à Taipei- Taïwan avec mon homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nicowaterloo
membre émérite
membre émérite
avatar

Masculin Balance Chèvre
Messages : 93
Date de naissance : 13/10/1955
Date d'inscription : 19/11/2008
Age : 61
Localisation : Londres et Belgique Lasne Antibes

MessageSujet: Voyage à Taipei- Taïwan avec mon homme   Mer 13 Juil - 17:18


Chasses à deux pour trois.
Quarante-huit heures après notre arrivé à Taiwan, presque à la minute près, nous nous faufilions dans l’ascenseur de l’un des saunas gays les plus en vogue de la capitale taïwanaise. Le prix d’entrée exorbitant termina de me calmer. Ça faisait cher la baise ! − Sérieux, à ce prix-là, on baise un maximum de gars ! lançai-je avec humour en passant la porte d’entrée. Avec les allées de casiers et les douches alignées, j’avais l’impression d’entrer dans une piscine municipale. Seuls les éclairages tamisés et la musique d’ambiance me rappelaient que quelque chose de louche devait se tramer au sous-sol. L’eau chaude ruisselante sur ma peau nue, Zen à mes côtés, je sentais l’électricité dans l’air. Même si le sauna était presque vide, les murs suintaient le sexe, et cette sensation m’enflamma le bas du ventre. Je sentis mon membre se durcir lentement alors que je continuais à me savonner, mais je savais que ce n’était pas encore le moment. Alors je sortis de la douche et enfilai mon petit short serré qui venait mettre en valeur tout ce qui devait l’être. Nous empruntâmes les escaliers pour descendre à l’étage, et un petit labyrinthe s’ouvrit devant nos corps presque nus. La forte musique et l’obscurité invitaient à laisser tomber les masques et à prendre du plaisir, sans aucune gêne. Pourtant, si peu de gars parcouraient les allées de ce dédale que je ne savais plus trop pourquoi nous étions là. J’avais imaginé des gars baisant partout, des râles de plaisir remplissant l’atmosphère, des bêtes de sexe enchevêtrées les unes sur les autres… Mais ici, je ne voyais que des jeunes et moins jeunes Asiatiques, qui marchaient rapidement, de couloir en couloir, sans s’arrêter, sans essayer de connecter avec nous de quelque manière qu’il soit. Froids. Distants. − C’est bizarre que tout le monde semble désintéressé, ou c’est normal ? Non, c’était pas comme ça quand j’y allais à Hong Kong étant plus jeune. On te sautait presque dessus. Là, ils ont l’air gênés… − On fait quoi du coup ? − Au pire, je vais te fourrer dans un des boxs là, puis on laisse la porte ouverte, on voit si quelqu’un nous rejoint ! − Pourquoi pas. J’aime l’idée. Mais bon, ce serait dommage d’avoir payé pour baiser ensemble sur des matelas inconfortables, soulignai-je avec humour. - Et ici, c’est quoi - ? en entrant dans une pièce sombre. Nul besoin qu’il me réponde, je compris tout de suite. Nous venions de mettre les pieds dans une darkroom, je trouvais cette pièce passablement angoissante. Impossible de savoir qui s’y trouvait ni à quoi les hommes présents pouvaient ressembler, mais je percevais leur présence. Ils étaient plusieurs, je pouvais entendre les respirations, déceler les mouvements. Puis sans s’annoncer, l’un d’eux vint se coller à moi. Avant même que je comprenne ce qui se tramait, il posa ses lèvres sur les miennes, et je me laissai alors emporter par la tempête intérieure que cette personne venait de déclencher, faisant glisser mes mains le long de sa peau douce et tiède. − Y’en a un qui m’a sauté de dessus-… fis-je remarquer à l’attention de Zen. − Moi aussi,- répondit-il, sans que je puisse voir quoi que ce soit de ce qui était en train de se passer. Ma bite était devenue si dure, si rapidement, que la garder enfermée dans mon boxer était devenue une torture. Comme s’il avait entendu mes pensées, l’inconnu se chargea alors de dénouer la corde du short et y glissa sa main pour libérer l’engin. Tout en m’embrassant, il branlait mon sexe, je laissais échapper un gémissement de plaisir. - T’aime ça - ? me demanda Zen.
- Oui..mais…je suis un peu mal à l’aise quand même-.
- On sort de là si tu veux - ? demanda Zen ; - Ouais - avec douceur je pris la main de l’homme pour l’arrêter et renfilait mon short. Nous sortîmes de cet espace où régnait le noir total. L’expérience n’était pas mauvaise, mais je n’aimais pas de me priver d‘un de mes 5 sens pour prendre du plaisir. Nous repartîmes le long des dédales, comme 2 prédateurs à la recherche d’une proie. Sur une banquette un Taïwanais assis nous regardait. Il semblait jeune, bien bâti et relativement mignon. Il nous faut pas plus. Moi à sa gauche et Zen à sa droite et sans attendre posai ma main sur la cuisse de bel Asiatique. En guise d’approbation, il posa sa main gauche sur ma cuisse, et sa main droite sur celle de mon compagnon. Je lui effleurai le sexe à travers son caleçon et le senti grossir lentement sous mes caresses. - What do you want - ? demanda Zen. - je veux une grosse queue ..- répondit-il - Tu veux te faire baiser ? Oui -, confirmât-il. Zen le prit par la main et suivant le mouvement nous entrons dans le premier box. - Je veux te voir le défoncer - me dit Zen. - Sérieux ? Bah Oui ! tu veux pas ? Si si bien sur- dis-je. Totalement décomplexé, je me jetai sur le bel inconnu et tout en le caressant, le fis allonger sur le dos jambes de part et d’autre de mon corps, le bout de mon gland titillait son anus impatient ; Zen me tendit une capote et le glissait sur ma verge un peu trop épaisse pour le morceau de latex. - On a du lubrifiant - ? demandai-je Là un distributeur sur la paroi. Me servant généreusement j’en recouvrais ma queue et du même temps, enfonçai mon index dans l’anus déjà bien dilaté du jeune Taïwanais, qui semblait me supplier de le prendre tout de suite. A genoux j’avançais mon bassin pour le pénétrer lentement. Sa réactionde plaisir ne se fit pas attendre et résonna dans tout le sous-sol, nous faisant oublier la musique. Tel un son de cor de chasse, ses cris firent approcher quelques curieux. Un plus téméraire se faufila dans notre box , ferma à clef la porte et se jeta sur Zen, qui ne me demanda pas la permission pour donner au nouveau venu ce qu’il voulait. Il le mit à quatre pattes et sans préliminaire, le défonça, accélérant les va-et-vient au rythme de nos deux queues. Après plusieurs minutes d’ébats intenses mon Taïwanais s’ éclipsa, rassasié. L’autres dont Zen s’occupait toujours, décida qu’un seul de nous deux ne lui suffisait plus. Se défit de l’étreinte de mon Zen , referma la porte, me retourna m’allongea sur le dos et s’empala sur ma bitte toujours raide comme un piquet. Zen debout lui remplit la bouche sans demander la permission. Le jeune Taïwanais, un jeune mince et bien plus petit que nous deux, n’avait pas l’air d’en être à son coup d’essai. Jouant de sa langue et de son bassin, il savait quoi faire pour nous emmener au précipice. -i’m gonna come - lança Zen pour que notre ami comprenne. Moi aussi tout proche, je me retirai, ôtai ma capote et me branlai rapidement au-dessus du jeune, qui faisait de même. Dans un râle de plaisir Zen ouvra le balle, son premier jet vint atteindre le visage de notre invité. Dans la foulée, le bel asiatique laissa exploser son excitation et je ne pus retenir mon éjaculation. Nos exaltations incontrôlables offrant un spectacle sonore qui devait éveiller les pulsations des hommes aux alentours.
Notre conquête éphémère était recouverte d’une quantité impressionnante de sperme mais cela ne semblait pas le déranger. Souriant, il essuya la plus grosse partie et disparut aussi vite qu’il était apparu. -Il nous a dit merci - ? m’étonnai-je - Oui , ça lui a fait sa soirée, il peut rentrer chez lui,- répondit Zen
- On prend une douche, on boit un verre, puis on trouve quelqu’un d’autre- me suggéra Zen.
Inspiration Gauthier Jonas
Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage à Taipei- Taïwan avec mon homme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sortir avec un homme plus jeune, bonne ou mauvaise idée ?
» Bretelles
» Yvelines : heurts dans un camp des gens du voyage, les policiers répliquent avec leurs armes.
» Voyage de 30h en car avec 2 et 4 ans: siège-auto?
» Voyage en Thaïlande avec une 3ans 1/2 et un 6 mois!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: Récits-
Sauter vers: