Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 épisode 1 - Alexandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony15
Admin
avatar

Masculin Balance Chèvre
Messages : 440
Date de naissance : 07/10/1991
Date d'inscription : 12/11/2008
Age : 25
Localisation : belgique

MessageSujet: épisode 1 - Alexandre   Lun 8 Déc - 18:57

Chapitre 1 . Sueurs

Il se tourne tantôt à gauche, tantôt à droite dans ce lit qui n'est plus qu'un champ de bataille.

Aussi loin qu'il se remémore ses souvenirs, il ne voit que sexe tendu, sexe touché, sexe offert, sexe volé, sexe violé, sexe...

Pas n'importe quel sexe, mais le sien propre.

Un sexe mâle, ferme, en érection.

Dur.
Mou.
Violent.
Tendre, caressant.

Omniprésent dans ses pensées, ce sexe devient énorme.
Prend toute la place dans ses rêves.

Et ceux-ci deviennent tantôt de plus en plus fous, tantôt de plus en plus flous, vagues et lancinants comme une mer parfois agitée, souvent violente, parfois calme, flux et reflux d'un esprit torturé.

Il se réveille en sueur. Collant de partout. L'esprit masturbé par ses rêves.


Ce moment-là est parfois très doux, si le rêve a été tendre.
Parfois crispé, paniqué, si le rêve l.a vu violenté dans sa chair, torturé par des mains avides et bavardes.

Il faut que cela finisse...
Qu'il se libère de ces rêves fous, tendres (non, pas les tendres...), violents, déchirants, torturants ses chairs de mille et une façons !



Pourquoi ces rêves ?

On lui a parlé d'un psy...
Un psy !...
Ces espèces de prêtres modernes de la société sans Dieu !...

Peut-on faire confiance à un psy ?... Dans quelle mesure ?...

Une fois, il avait été en voir un...
Il fallait qu'il s'étende sur un divan ! Le cliché, quoi...

Ne s'était-il pas étendu sur assez de divans ? Sur assez de lits de toutes sortes ? Les siens et ceux des autres...
Surtout ceux des autres !

Plus de divan !

Il était parti en courant, profitant de l'attention détournée du psy par sa secrétaire qui était venue gratter à la porte donnant sur son bureau. Lui avait filé en douce. Sans payer. Pour quoi faire ? Qu'avait-il reçu en échange du début de ses confidences ? Des « Mmh. », ou des « continuez. », ou encore « je vois, oui. » !...

Mon oeil ! Que pouvait-il avoir vu ?


Savait-il seulement ce qu'était un sexe, ce psy qui l'avait regardé à travers ses lunettes glauques de myope comme l'aurait regardé un ornithologue s'il avait été une mouette !

Il n'était pas remonté très loin dans ses souvenirs, pourtant, se sentant dès le départ mal à l'aise sur ce divan de vieux cuir collant et craquelé, comme la figure du psy, vieux bonhomme à barbiche et lunettes. Sorte de professeur Tournesol au teint maladif et huileux...

Il faut pourtant qu.il puisse parler à quelqu.un de ses rêves. De ces rêves fous et obsédants...

Il faut qu.il puisse les canaliser pour ne pas devenir complètement fou, ou obsédé à vie !

Ne l'est-il pas déjà, obsédé ?

Il sait que si, bien sûr...
On ne fait pas plus obsédé que lui d'ailleurs !
Mais est-ce sa faute, aussi, s.il a pratiquement été « éduqué » par la vie dans le « stupre et la débauche » ?

Oh, bien sûr, il y a toujours pire... Pour le crime aussi, sans doute !
Et pour la vertu ?

Il songe éveillé, à présent...

Il revoit son enfance...
Toute son enfance...

La « bonne » et la « mauvaise », si l'on peut dire...

Amos, son « tourmenteur », son bourreau de toujours. Ce beau-père qui eut pu être si merveilleux et qui lui fut, sans doute, si néfaste...

Son adolescence, ensuite, coulant de l'enfance.
Polluée par elle, parfois...
Eclairée, à d'autres moments.

Amos, toujours. Encore. A nouveau...

Même à l'armée, jeune recrue fraîchement débarquée.;;
Ce Lieutenant qui le trouvait mignon et qui l.avait littéralement « violé » un soir de garde !...
Il l'avait aimé, ensuite... Les premiers temps au moins.

Puis, pour s'en débarrasser, car il devenait trop exigeant, il n'avait pu que demander une mutation dans une autre unité.

Là, tout avait recommencé...
Avec un Adjudant, cette fois !
Un ancien Légionnaire brutal, mais qui savait parfois devenir très doux et caressant...

Faut-il qu'il voie un prêtre à nouveau ?
Un prêtre, est-ce mieux qu'un psy ?

Le premier essai a été un échec, lui aussi...
Il s'était adressé à un curé de village lors d'un camp scout, voilà longtemps. Ce dernier était sorti de son confessionnal rouge de colère, lui indiquant la porte de l'église en le traitant d'« affabulateur lubrique » !

La seconde fois, il s'était adressé au jeune vicaire de sa paroisse... et cela avait bien manqué finir au lit !

A qui peut-il encore se fier et se confier ?

Il faut pourtant qu'il y arrive.

Une fois ! Une seule fois...
Trouver quelqu.un qui l'écoute pour lui-même, sans intérêt quelconque : gratuitement !
Par amitié, peut-être ?

Qu'on l'écoute vraiment pour lui-même, en confiance ; sans arrière-pensée de possible coucherie en conclusion.
Mais comment faire ?

Faut-il toujours que cela se termine de la même façon ? Ne peut-il faire confiance à personne, pas même à lui-même ? Car enfin : parler des autres est bien. Mais si, soi-même, on a ENVIE de « chuter », où est la solution ?

C'est bien cela un obsédé, non ?
C.est bien ce qu.il est devenu, somme toute ?

Il ne peut penser à tout cela sans se torturer l'esprit à la recherche d'une solution à ce cercle vicieux...
Et 'vicieux' est bien le mot qui convient !

Affabule-t-il vraiment, comme le vieux prêtre l'avait dit ?
Ou bien est-il déjà tellement déformé par cette vie plus que dissolue qu'aucun 'remède' n'est plus possible ?...

Il faut qu'il se calme, qu'il arrête de paniquer en pensant à tout cela. A vingt-neuf ans, il ne peut pas être 'foutu' tout de même !

Il se lève, prend une douche et sort.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
http://antoine15.multiply.com/?edit_mode=true
 
épisode 1 - Alexandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sanvic - Rue Alexandre
» Le père Alexandre racontait
» Caporal Alexandre Van Dooren - 5ème soldat tombé au Mali
» Épisodes glorieux de la carrière du FUSCO Alexandre LOFI...
» 2e Guerre mondiale, Un Béret vert Lorrain : Alexandre Lofi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Le Choix d'Amos"-
Sauter vers: