Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 épisode 3 - « Juste comme ça »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony15
Admin
avatar

Masculin Balance Chèvre
Messages : 440
Date de naissance : 07/10/1991
Date d'inscription : 12/11/2008
Age : 25
Localisation : belgique

MessageSujet: épisode 3 - « Juste comme ça »   Lun 8 Déc - 19:08

Chapitre 3 - « Juste comme ça »

Fabian est au bar, comme d’habitude, et Karim passe de table en table prendre les commandes des clients. Il est sympa, Karim. Il connaît tout le monde. Il a le mot pour rire.

- Salut, Karim.

- Bonsoir, Alexandre. Seul ?

- Seul, oui... Pour l’instant, tout au moins.

Karim sourit d’un air entendu :

- Oui, bien sûr ! Qu’est-ce que je te sers ?

- Oh, une chope, comme d’habitude. Mais ne te déranges pas, je m’installe au bar... Salut, Fabian.

- Salut ma biche...

Fabian achève de garnir un plateau que Karim emporte aussitôt vers une table près de l’entrée, puis sert la bière qu’Alexandre a demandé.

- Alors, Alexandre ? En forme ?

- Oui et non... J’arrête pas de rêver de trucs idiots. Je dors très mal ces temps-ci...

- Tu n’as qu’à ne pas dormir seul !

- Qu’est-ce que cela va changer ?

- J’ai l’impression que tu serais moins angoissé, non ?

- T’es passé psy maintenant ?

Fabian rit.

- Non. C’est Karim qui doit déteindre sur moi ...

- Il est psy, Karim ?

- En fait, non. Mais je crois qu’il est assistant-social ou quelque chose comme ça... Il a déjà aidé plusieurs gars en rade qui passaient par ici.

- J’ai l’air d’un gars en rade, sourit Alexandre ?

- Pas du tout ! C’est toi qui te plains de tes rêves, ma biche !

- C’est vrai, mais je ne vois pas ce que Karim pourrait y changer. A moins d’en faire partie ? Il est joli garçon, non ?

Ils rigolent tous les deux à présent en regardant Karim qui, se sentant visé, les apostrophe :

- Eh bien, vous deux ! Vous riez de moi je crois ?

- Mais non Karim, au contraire, répond Fabian, c’est Alexandre qui te trouve beau garçon.

- Ah bon ? C’est sympa...

- C’est vrai, t’es pas mal dans ton genre, lâche Alexandre provocateur.

- C’est quoi, mon genre ? Le « bougnoule » deuxième génération, quelque peu branché, se moque Karim ?

- Mais non, rougit Alexandre qui craint l’avoir vexé, pas du tout ! Mais un beau méditerranéen, ça oui !

- Te frappes pas, rit Karim, je charrie. Je sais bien ce que tu penses. Tu n’est pas mal non plus « dans ton genre » !

- Ah bon ! Et c’est quoi, mon genre à moi ?

- Beau gosse. Bien roulé. Alléchant, quoi ! intervient Fabian.

- Oh là, les grands mots, tout de suite ! Tu me dragues, Fabian ? demande Alexandre en riant.

- Pourquoi pas, mon chou ? minaude l’intéressé.

- Bon, moi je continue mon boulot, déclare Karim en s’éloignant avec son plateau vers une table où viennent de s’installer de nouveaux clients.

- Oh, lui, dès qu’on charrie, y a plus personne ! constate Fabian.

- Tu crois qu’il n’est pas « comme çà » ? interroge Alexandre.

- En fait, j’ai jamais pu dire, lui confie Fabian. Le patron me l’a présenté un soir en me signalant qu’il travaillerait dès le lendemain. Point. Dès qu’un gars a des misères, Karim se pointe en douce avec un conseil ou un encouragement quelconque. Mais dès que cela tourne au sexe, il se défile. Je sais pas...

- Il est peut-être pas pédé ?

- J’sais pas. Je me demande s’il a pas été ou s’il n’est pas encore marié.

- çà, ça ne veut rien dire ! Moi aussi j’ai été marié, et pourtant...

- Tu as été marié, toi ? s’étonne Fabian.

- Mais oui, moi. Et avec une femme, encore bien !

- Avec une femme !... s’exclame Fabian pour qui cela semble être une énormité !

Karim, depuis tout à l’heure, laisse traîner une oreille vers eux. Semblant être occupé par ses comptes à la caisse, il ne perd rien de ce qui se dit. L’air ahuri de Fabian le fait sourire...

- Ben, oui, avec une femme ! Qu’est-ce que cela a d’extraordinaire ? s’impatiente Alexandre.

- Oh, j’sais pas ; je te voyais pas avec une nana...

- En fait, moi non plus, depuis... Mais au moins, j’aurai essayé !...

- C’était important pour toi d’ « essayer » ? interroge Karim en se rapprochant.

- Mais... , oui, sans doute, hésite Alexandre pas trop sûr de lui. Pour avoir des enfants, il faut bien une femme, non ?

- Tu veux avoir des enfants ? interroge Fabian, l’air quelque peu dégoûté, cette fois.

- Eh bien, oui, j’aimerais bien... J’aime les enfants, moi.

- Tu les aimes comment ? Dans ton lit ? attaque aussitôt Fabian, l’air coquin.

- Eh, oh ! J’ai pas dit ça ! Je ne suis pas pédophile ! Faut pas confondre...

- Ok, ok, je disais ça pour charrier. Mais tu m’épates quand même : des gosses, toi !

- Pourquoi ? Moi je le verrais bien avec une armée de moutards, sourit Karim.

- Tu rigoles, mais je me suis occupé longtemps de louveteaux, dans ma paroisse, et cela m’a toujours beaucoup amusé.

- Il faudra que tu me racontes tout cela, Alexandre, reprend Karim plus sérieusement. On peut en parler un jour si tu veux ?

- Mais bien sûr, Karim. De cela et d’autres choses, quand tu veux...

-.Cela te ferait plaisir, vraiment ?

- Bien sûr, pourquoi pas ?

- Ok, c’est dit. J’ai congé demain, veux-tu que l’on se voit ?

- Voilà une bonne idée, Karim. Tu viendrais chez moi ?

- Si tu veux, oui. C’est où chez toi ?

- Oh, pas bien loin. Du côté du Sablon. Rue de Ruisbroek. Tu connais ?

- Je connais le Sablon, évidemment. C’est très beau par là ! Et ce n’est pas bien loin d’ici...

- Oui, c’est très beau, et c’est pour cela que j’ai choisi d’y habiter. La rue de Ruisbroek est une petite rue parallèle au Grand Sablon, partant de la rue de la Régence, entre celui-ci et le musée d’arts anciens. Tu vois ?

- Je crois que je vois, oui. C’est bourré d’artistes par là, non ?

- Des artistes dans mon genre, oui ! rit Alexandre. En fait, oui, il y a pas mal d’artistes dans ce coin. Je crois que, comme moi, ils aiment assez les antiquités et c’est pour ça qu’on les trouve près du Sablon. Dans la maison que j’habite, il y a d’ailleurs un pianiste au premier et un peintre au second, sous une grande verrière car il lui faut beaucoup de lumière pour ses couleurs.

- Et vous vous fréquentez entre voisins ?

- Tout de même, oui. Oh, pas tous les jours, et « chacun chez soi », mais s’il manque quelque chose à l’un où à l’autre, il ne manque pas d’aller le chiner dans le voisinage...

- C’est assez sympa, quoi ?

- En fait, oui. J’adore ce coin. C’est très chouette. Tu verras... Mais tu viendrais vers quelle heure ?

- Dans l’après-midi si cela t’arranges ?

- Bonne idée ! Nous goûterons ensemble. Je te ferai des crêpes, c’est bientôt Mardi-Gras, tu aimes cela ?

- Mais sûrement, oui, c’est bien gentil. Mais il ne faut pas te donner tout ce mal...

- Eh bien, vous deux, intervient Fabian que l’on n’a pas entendu depuis un moment. ça semble aller votre petit ménage !

- Soit pas jalouse, ma belle ! ricane Alexandre. Tu viens quand tu veux, toi aussi.

- Non, je rigole. Mais c’est gentil. Je viendrai sûrement un de ces quatre...

- Quand tu veux. Et toi, Karim, où habites-tu ?

- Oh, pas loin d’ici non plus, mais dans l’autre sens. Près de la place Fontainas, une sorte de cité « HLM », comme on dit en France... Tu vois ?

- Plus ou moins, oui. Et c’est bien ?

- Ce n’est sûrement pas aussi joli que ton coin, sourit Karim. Mais c’est bien tout de même, il y a tout ce qu’il faut, et mes enfants ont pas mal de copains dans le coin.

- Tu vois qu’il est marié ! triomphe Fabian.

- Et pourquoi pas ? s’étonne Karim.

- Oh, comme ça, le rassure Alexandre, on se demandait simplement si tu étais marié ou pédé !

- On ne peux pas être les deux ? rigole Karim.

- Ben, toi alors, s’exclame Fabian, t’es un rigolo ! Alors tu trompes ta femme avec des hommes ?

- Oh, j’ai pas dis cela ! Mais j’en connais... Mais assez parlé de moi, il y a du monde qui arrive, je vais prendre la commande, s’éloigne Karim.

- Tu vois, jubile Fabian, je t’avais bien dit que dès qu’on « y touche », y’a plus personne !

- En effet, rit Alexandre, il faudra que j’approfondisse...

- Je te souhaites bon amusement, ma biche, rit Fabian à son tour d’un air entendu.

Karim revient avec des commandes et Fabian s’affaire à son comptoir. Alexandre a fini son verre et le paye à Karim avec un pourboire royal.

- Alors, à demain, c’est dit ?

- Bien sûr, promis. C’est quel numéro dans la rue ?

- Le « 77 ». çà porte bonheur paraît-il ?

- Le « 7 » est un chiffre sacré; alors doublé...

- Ah bon, c’est vrai ?

- Il paraît... Chez les Juifs en tous cas !

- Ah ! Ok, çà ne me dérange pas. J’aime tout le monde moi, les Juifs, les Arabes, les Grecs...

- Surtout les Grecs, je crois ! s’exclame Fabian l’oreille en coin.

- Et alors, ma biche, se retourne Alexandre, jalouse ?

- Non, non, rit l’autre, c’est ton cul, pas le mien !

- Fabian ! s’offusque Karim, soit poli , tout de même !

- Quoi, s’étonne l’autre, qu’est-ce que j’ai dit de mal ?

- Mais rien, ma biche, rit encore Alexandre, tu as choqué Karim, voilà tout !

- Eh, il est vite choqué, alors !

- Peut-être... Allez, à la prochaine, mon chou, je m’en vais.

- Tu nous quittes déjà, ma poule ? Mais tu viens d’arriver, se plaint Fabian.

- Tu rigoles, le temps passe vite tu sais en ta compagnie.

- C’est gentil, çà, ma poule. Il ne tient qu’à toi de rester, insiste Fabian.

- Non, mon chou. Je vais draguer plus loin, plaisante Alexandre.

- Je m’en doutais ! jubile Fabian, te prives pas surtout...

- J’y penserai, rigole Alexandre, la main en l’air en signe d’adieu. A demain, Karim.

- A demain, Alexandre...

Alexandre s’éloigne, passant à quelques pas de là devant l’église Notre-Dame du Bon-Secours. Connaissant cette église depuis longtemps, il a une pensée pour la Vierge, d’ailleurs, se demandant pourquoi Elle ne lui était pas d’un meilleur secours, précisément, l’ayant si souvent invoquée dans le passé, l’appelant à son aide...





Cette fois encore, si l’église était ouverte, peut-être... ?

Mais à quoi bon ?

Il passe...

Plus loin, sur la gauche, c’est un sauna « branché » qui l’accueille ; qui le cueille, plutôt, de son enseigne discrète, mais bien connue des initiés. Il pousse la porte...

Après avoir reçu ticket, clé de vestiaire et essuies, Alexandre se dirige en habitué vers les vestiaires. Après s’être déshabillé rapidement, il se dirige vers la piscine et le bar, ceint seulement d’un court essuie aux reins. Après avoir jeté un regard circulaire au bar attenant, il plonge dans cette piscine qui le rafraîchit ce soir de tous ces rêves de tout à l’heure et crawle vigoureusement pour garder la forme.

Après un moment d’exercices, il ressort, se sèche plus ou moins et se dirige vers la partie sauna et hammam...

.../...
Revenir en haut Aller en bas
http://antoine15.multiply.com/?edit_mode=true
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: épisode 3 - « Juste comme ça »   Mer 20 Mai - 13:25


Chers amis et lecteurs, j'arrête ici cette "mise en bouche" de mon roman, puisque vous pourrez bientôt en lire la suite dans le roman lui-même, que vous pourrez trouver à partir de fin mai 2015 chez EDILIVRE, mon éditeur.

Je vous en donnerai donc le lien direct bientôt...

Alexandre Maloin

_______________________________________________________

Amitiés de Gaykoala ou Alexandre


Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
épisode 3 - « Juste comme ça »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» est-ce que je prends le mec qui m'interesse comme amant?
» PETRA - Jordanie - comme si vous y étiez NE PAS LOUPER
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Le Choix d'Amos"-
Sauter vers: