Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 épisode 1 - Cauchemar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: épisode 1 - Cauchemar   Lun 26 Jan - 0:05

Chapitre 1 - Cauchemar

Alexandre dort, d’un sommeil agité...

Il rêve d’explosion de chairs, d’arrachage de sexe...

Pas n’importe quel sexe, mais le sien !

Il le voit expédié au loin, tel une fusée rouge dans le ciel, sanguinolent.

Sa tête, par contre, roule dans le caniveau où elle rencontre une autre tête... aux yeux déjà morts, qui le fixent cependant, celle d’Amos !

Effrayé et se rendant compte qu’il ‘cauchemarde’, Alexandre s’éveille d’un coup et se redresse tout droit dans son lit...

Ces affreux rêves, encore !

Depuis son récent retour d’Israël après la mort d’Amos son beau-père, et le partage de l’héritage de celui-ci (voir « Le choix d’Amos »), Alexandre a souvent ces cauchemars violents alors qu’il ne les avait pas là-bas, ce qu’il trouve être un comble !

Comme il dort mal, il se lève tard, et c’est le cercle vicieux : son horloge interne est complètement chamboulée depuis son retour à Bruxelles...

Il décide alors de se lever et d’aller voir son ami Karim au « Juste comme ça », un bar gay du centre ville de Bruxelles qu’il n’a pas encore eu l’occasion de ‘revisiter’ depuis son retour...
Après une douche prise rapidement, et un repas aussi vite expédié, Alexandre sort et déambule dans Bruxelles en passant par « sa » Grand’Place qu’il affectionne tant !

Il fait très beau en ce presque début d’été, même si les soirées se raccourcissent déjà fort, les jours s’allongeant de plus en plus. Là, il s’est contenté d’un « brunch » après son réveil tardif, et le début d’après-midi est ensoleillé.

Il est passé d’abord par la rue Lebeau saluer le galeriste de l’ « ABC Galerie » où se fera finalement l’exposition d’Ange, le contrat avec Isy Brachot n’ayant pas abouti, venant de la rue de Ruysbroeck où il habite, et après avoir longé le Grand Sablon, un autre de ses lieux de prédilection, près duquel il a donc choisi d’établir sa résidence.

Tout en marchant, Alexandre retrouve peu à peu son équilibre intérieur. Comme souvent, la marche le « reconstruit »...

Il songe à tout ce qui s’est passé depuis son retour d’Israël, après la mort tragique d’Amos, son ex beau-père...

Après avoir « liquidé » l’héritage de ce dernier là-bas, en fait, la maison est restée aux bons soins de Romain, le dernier compagnon d’Amos, servi par le jeune Nader et sa famille, soit sa mère Latifa, sa soeur aînée Sara, et ses petits frères Sami et Amor...

Une bien belle famille, combien attachante !

Nader est un garçon délicieux qu’Alexandre aurait bien ramené avec lui en Belgique s’il ne lui avait pas semblé s’être autant attaché à Romain... Le jeune homme n’avait d’yeux que pour ce dernier, semblant le tenir littéralement en adoration, ce qui n’avait échappé à aucun des membres du petit groupe que formait le « Club des A » ( pour Amos, Alexandre, Ange, Antoine et Amine), mais qui ne gênait personne en l’occurrence.
Romain seul semblait ne rien voir, ou alors, il simulait bien son ignorance de cette adoration constante !

Entre Sara et Ange, par contre, le doute n’était plus permis : ce dernier s’était déclaré la veille du retour à Bruxelles et avait été favorablement accueilli par Latifa qui avait accepté de considérer sa fille comme « fiancée » à Ange, le géant nordique !

Les tourtereaux s’étaient promis de rapides retrouvailles, à Bruxelles ou à Tel-Aviv... Mais dans l’immédiat, Ange devait penser à son exposition à Bruxelles, prévue déjà par Amos avant le voyage en Israël qui devait se terminer si tragiquement.


Tout en déambulant dans les rues de Bruxelles vers le « Juste comme ça », où il a ses habitudes et qu’il n’a pas revu depuis son retour, Alexandre se remémore les événements récents vécus avec ses amis à Tel-Aviv...

L’accueil d’Amos, toujours somptueux !... La maison d’Amos, en cours de rénovation, dont les travaux furent revus par Romain à son arrivée. Sous l’instigation de ce dernier, les choses prirent une autre forme, et Romain s’était révélé un fameux décorateur ayant un goût très sûr... La piscine, renouvelée également... Nader et sa famille, personnel attaché à Amos et Romain depuis quelques temps...

Tout défilait...

Entre-temps, il est arrivé à son but, et entre au « Juste comme ça », ce bar gay à la mode, situé au coeur de Bruxelles, pas loin de la Grand’Place tant appréciée.

Dès l’entrée, il est accueilli par Fabian, le barman :
- Bonjour ma biche ! Comme tu m’as manqué !... Cela fait si longtemps...
- Salut Fabian ! C’est vrai, il y a longtemps, en effet. Je n’avais pas encore eu le temps de passer ici depuis mon retour d’Israël... Karim n’est pas là ?
- Si, si, ma biche, il est là, il travaille en journée à présent : il est descendu à la cave me mettre un tonneau en perce. Ce n’est pas pour moi ces choses là...
- Tiens, je croyais, au contraire ! rétorque Alexandre avec un sourire en coin...
- Oh, ma biche ! Tu charries! Mais, sans blague: qu’es-tu devenu tout ce temps ?
- Eh bien, comme je te disais, je reviens d’Israël où j’ai enterré mon beau-père, entre autres... Salut, Karim !

Tandis que Fabian reste bouche bée, ne sachant quelle contenance prendre, Karim et Alexandre se font une accolade des plus virile :
- Salut Alexandre ! Te voilà enfin ! Mes condoléances pour ton beau-père... Amine et Antoine m’ont raconté votre voyage et ses diverses péripéties : la découverte de la magnifique maison d’Amos, le concert et son horrible conclusion à la sortie, avec la mort de ton beau-père qui vous a tous sauvés en se jetant sur ce jeune terroriste pour qu’il explose avec sa bombe à l’écart. Malheureusement, Amos s’est ainsi sacrifié sans aucune chance d’en sortir... Tout cela a dû être très éprouvant pour toi ?
- Je n’en suis pas encore tout à fait remis, je crois... J’ai un peu de mal à retrouver mes marques, si je puis dire. J’ai vécu tout cela comme un cauchemar dont je me remets à peine... J’ai l’impression que j’ai vécu ça dans un mauvais rêve et que je vais me réveiller, là... et voir entrer Amos avec son sourire charmeur, conquérant, irrésistible...

La voix d’Alexandre s’est cassée sur le dernier mot, et Karim comprend qu’il va craquer d’un instant à l’autre s’il ne change pas tout de suite de sujet. Mais de quoi Alexandre a-t-il le plus besoin ? De calme ? De paroles ? D’écoute ?...

Karim, qui le connaît un peu maintenant, pense qu’Alexandre a besoin d’exorciser ses fantômes, quitte à supporter une crise de larmes, apaisante bien souvent.
Il guide gentiment Alexandre vers une table dans un coin tranquille, à deux pas de la cuisine et des commodités, prêt à l’emmener dans la cuisine, au besoin...

Mais Alexandre n’explose pas son chagrin : de ses yeux coulent de chaudes larmes silencieuses, qui lui inondent le visage et bientôt les mains...

- Ma biche ! se lamente Fabian prêt à fondre en larmes avec son client et semblant aussi malheureux que lui, que puis-je faire pour te consoler ? Excuses-moi, je n’ai rien su de ces terribles choses...
- Bah, restes toi-même, ma poule, sourit Alexandre à travers ses larmes. Ça va aller, Karim, merci ! se reprend-il comme subitement réveillé de son cauchemar par ce cher Fabian qui, s’il est folklorique, n’en est pas moins quelqu’un qui l’aime, semble-t-il...
- Je ne supporte pas de voir un ami pleurer ! larmoie Fabian.
- C’est fini, rassures-toi ma poule ! lui sourit Alexandre en essuyant ses larmes au mouchoir tendu par Karim. Merci, Karim, sers-moi une « Kriek », veux-tu ? J’en ai tellement envie depuis si longtemps !...
-Tout de suite... Tu as entendu, Fabian ? Une « Kriek » pour Alexandre !
- Ça va, ça va : je ne suis pas sourde ! Elle arrive...
- « Elle » arrive qui : la Kriek ou Fabian ? pouffe Karim.

Là-dessus, Alexandre rit à travers ses larmes, « restauré » par la gentillesse de ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
épisode 1 - Cauchemar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pire cauchemar des femmes? Devenir chauve!
» ✻ dernier épisode/film regardé
» Le cauchemar des femmes forcées au mariage
» Coulez l' Alabama! Paul Ingouf-Knocker.
» Comment lutter contre les cauchemars ???!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "L'Héritage d'Amos"-
Sauter vers: