Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 Les étals d'un fantasme 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Les étals d'un fantasme 4   Ven 13 Fév - 21:58

Le lendemain, en petit déjeuner, il annonça à sa femme,
- je descendrai à Vaison cette après-midi au bureau informatique pour envoyer des e-mails au bureau.
- cela tombe bien ! Martine m’a proposée d’aller avec elle à Dieulefit voir les poteries, et comme je sais que cela n’est pas tasse de thé, j’ai acceptée cette promenade.

Quinze heures pétantes, il était sur le parking à Vaison, tout transit de ce rendez-vous qui mettait le feu à son esprit.
Il fit le tour du parking, et remarqua la vieille deux chevaux bleue stationnée face à la poste, il trouva une place de parking pas très loin, et quittant sa voiture.
Il se dirigea vers elle, de loin il pouvait apercevoir son complice avec son éternel chapeau de paille installé au volant, la vitre ouverte, le coude à l’extérieur il lisait le journal.
- Ca va ! Tu attends depuis longtemps ?
- Non ça fait dix minutes que je suis ici, monte je t’emmène, là où nous allons, une voiture est plus discrète que deux.
- où allons-nous ?
- chez moi.
- D’accord.

Une fois arrivé chez lui, il rentra la voiture dans le garage et m’invitant à le suivre, on monta un escalier de bois pour débarquer dans une chambre.
- c’est une pièce que j’ai refaite à l’époque où les enfants étaient encore avec nous, elle servait à héberger nos amis. Si l’on s’appelait par notre prénom, cela serait plus sympa ! Moi c’est Jean.
- Moi Benoît, mais mes amis m’appellent Ben.
Il se rapprocha de lui, déboutonna lentement sa chemise, laissant ses mains peloter cette chair à peine velue, dans cette escalade il titillait du bout des doigts ces tétons durcis par le désir.
Puis il renonçait à ce jeu pour venir déboucler la ceinture du froc de Ben et lui retira ses vêtements pour se régaler de la nudité de ce corps.
- Tu es magnifique…. Lui dit-il, tout en tripotant sa queue bandante.
En l’embrassant dans le cou, de petits pas précis, il le conduisait lentement vers le lit, l’aidant à s’allonger son corps sur ce champ de bataille, il laissait tendrement le sien l’envelopper de toute sa rondeur.
Brûlant de désir, il vint cueillir un petit baiser, avant de revenir de sa bouche gourmande dévorer ces lèvres de feu.
Cette bouche libertine, de la langue explorait la sienne avec une fougue si puissante, qu’il sentait son corps parcouru de frissons suaves.
Ben n’avait plus qu’une envie, sentir cette peau chaude à nu se blottir contre lui, stimuler de son désir, il déboutonna le chemise de Jean, et dans ce contacte de chair, il se pâmait transporté par la puissance de ce contact charnel.
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
Les étals d'un fantasme 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FANTASME DES ARABES !
» Normandie et fantasmes
» l'hystérie
» Les légumes biscornus font leur retour sur les étals
» Mon dernier fantasme...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Les étals d'un fantasme"-
Sauter vers: