Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 L'escapade 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: L'escapade 2   Ven 13 Fév - 23:27

Nous nous étions mis d’accord, j’avais réservé une chambre dans un hôtel cossu dans le quartier de la gare où il devait venir m’attendre pour nous rendre dans le cocon où notre amour aurait libre cours.
Huit heures cinquante, le train entrait en gare, il n’avait pas de retard, je montais dans le wagon et prit place près de la vitre, quelques instants plus tard il démarrait vers l’homme de ma vie.

Le soleil brillait dans un ciel où parfois des nuages gris le voilaient, le coude appuyé contre la vitre et la main sous le menton, mon esprit opacifiait le paysage, laissant ma mémoire construire de mille images le corps de mon amant.
J’étais bien là perdu dans mon rêve quand soudain une voix rompu le charme, « Bonjour monsieur ! Puis-je avoir votre ticket ?
Je lui donnais mon ticket en souriant, tout en pensant que j’avais un autre ticket pour un rendez-vous merveilleux, avec un homme merveilleux que j’attendais depuis des années.
Ce bonheur qui restait une inconnue dans ma vie me rendait euphorique, j’allais partager la tendresse des caresses d’un homme ‘’ mon homme’’.

Mais soudain je fus pris d’angoisses, « Vais-je lui plaire ? Serais-je l’amant qu’il désirait ? », Moi qui n’avais jamais échangé que des attouchements superficiels par le jeu de la masturbation refusant de me donner sans amour et désirs.

Non ! Je devais rester positif sachant qu’il m’avait dit plus d’une fois qu’il me désirait et qu’il voulait l’union de cet amour de cœur à l’amour physique.
Et puis il y avait l’échange de ces mots érotiques qui embrasaient nos corps par la description de la gestuelle de nos mains virtuelles caressant nos corps, faisant bander nos sexes, il m’arrivait souvent lors de nos conversations de me toucher par-dessus l’étoffe de mon pantalon et parfois même, quand j’étais seul, j’ouvrais ma braguette pour tripoter ma verge vibrant de ses mots.
Mais sa sagesse freinait parfois notre passion, étant mariés tous deux, nous savions que notre amour ne devait pas détruire nos couples.
Nous avions devant Dieu accepté cette union sacrée, chacun de notre côté, notre amour ne pouvait vivre que dans nos vies secrètes; celle où nous évoluions depuis tant d’années, pour ma part, je n’y avais jamais trouvé l’amour avant lui.

Nous devenions dépendants de cet amour agissant sur nous comme une drogue, mais pas un seul instant nous n’avions manifesté le désir de rompre cette chaîne conjugale.
Le train ralentissait entrant en gare; debout contre la vitre, le cœur battant, mon regard scrutait cette foule, cherchant dans cette cohue un visage, une silhouette.
Quand la rame de wagons fut à l’arrêt, je traversai le couloir avec une boule au ventre, comme si j’allais débarquer dans un monde inconnu, c’était peut-être ça l’amour ? Cet étrange mélange de sentiments fait de peur et de joie.
Le pied sur la dernière marche, mes yeux inspectaient ces gens qui s’agitaient, se bousculaient; certains d’un pas pressé se dirigeaient vers la sortie, d’autres dans la joie embrassaient un proche venu l’attendre sur ce quai, moi je cherchais désespérément mon homme.

Alors je me dirigeais anxieux vers la sortie espérant le croiser en chemin, soudain mon visage s’éclaira d’un sourire qui resterait à jamais gravé dans ma mémoire.
Il était là, le sourire aux lèvres, appuyé contre une colonne à côté d’un kiosque à journaux, me regardant venir vers lui, il quitta son poste d’observation et vint à ma rencontre.
Purée ! Qu’il était beau mon homme, son jeans moulait des cuisses puissantes et sous son blouson sans manches style chasseur, ouvert, apparaissait un sweat-shirt rouge dont l’étoffe modelait la rondeur de son ventre, rien qu’a le voir il me faisait craquer.
- Tu as fait bon voyage ? me dit-il en me faisant la bise sur les joues.
Emoustillé du contact de ses lèvres sur ma peau, je lui répondis, « Oui ! Mais le plus beau reste à venir »
- Oui ! Je le pense aussi, viens ma voiture est au parking.
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
L'escapade 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANDALOUSIE, une escapade
» Petitrenaud et Barfleur.
» FOLKLORE POLONAIS
» escapade à Ostende le samedi 21 février 2015
» escapade à Ostende le samedi 21 février 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "L'escapade"-
Sauter vers: