Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 "La conversion de Luc" 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: "La conversion de Luc" 7   Sam 14 Fév - 21:15

Phlippe n'en croit pas ses oreilles lorsqu'à l'écouteur de son "portable", il entend la voix de Luc :
"Euh euh, je ne te dérange pas, tu ne dors pas encore?"

Amusé et surpris d'être appelé depuis la chambre voisine plutôt que son ami n'ait osé frapper doucement à sa porte, Philippe répond aussitôt qu'il n'est pas tard et qu'il lit un "polar" sur son lit. .
Bien sût, il n'ose pas avouer qu'il écrit son "Journal" comme une jeune fille rangée !!!

Reprenant la parole, Luc déclare :
"Tu sais, j'ai vu que dans le petit réfrigérateur de ma chambre, il y avait des petites fioles de Cognac. Ca te dirait de venir en déguster une avec moi:"

Stupéfait, bienheureusement stupéfait, d'autant que son ami n'avait pris aucune initiative depuis leur départ de LYON, Philippe hésite trois secondes sur la réplique à apporter, puis se lance :
" Oh tu sais, je viens de prendre une douche et suis en slip sur mon lit.
Je n'ai pas trop envie de m'habiller pour circuler dans le couloir.
Mais viens toi
Mon propre frigo-miniature doit être rempli comme le tien et tu n'auras même pas besoin de frapper car je n'ai encore pas mis le loquet".

"Ah oui, je te comprends. Alors OK",
telles furent les dernières paroles de Luc au téléphone.

Sans perdre une minute, Philippe ferme son "cahier-journal", le pose avec son stylo sur la table de nuit et ouvre un Agatha CHRISTIE pour bien faire croire qu'il lisait
A peine a t'il le temps de prendre deux.petites bouteilles de Cognac et deux verres, puis de les amener sur le lit, où il s'assied en tailleur, que Luc ouvre et referme délicatement la porte de la chambre.

Il porte le short avec lequel il avait fait du footing deux heures auparavant, la même chemisette aussi, mais ouverte sur son torse musclé fin et imberbe.
Philippe, dont le torse est aussi imberbe, mais un peu plus viril que celui de Luc, est resté en slip, un "blanc à poche" très classique.

Le sourire un peu gêné, Luc hésite à avancer dans la pièce mais, sur un signe amical de Philippe, vient s"assseoir, lui aussi en taileur sur le lit.
Les deux hommes se dévisagent, se matent un peu, l'un et l'autre intimidés par une intimité tout à fait nouvelle entre eux.
Chacun, Philippe surtout puisqu'il est Psychologue, ressent que l'autre voudrait dire quelque chose, mais n'ose pas le faire.

Le Docteur, l'ainé, celui qui reçoit, finit par réagir et décapsule les réceptacles à alcool, remplit les verres et en tend un à Luc en bégayant : "Tchin, mon ami".
Quelque peu enhardi par la chaleur du digestif et conscient que Luc n4engagera pas la conversation sur leurs sentiments respectifs, Philippe se met à parler, à bredouiller la plupart du temps. :
"Luc, j'ai beaucoup d'estime et de respect pour toi.
Alors, je ne veux pas te cacher que j'éprouve deja beaucoup d'affection à ton égard. D'ailleurs, tu 'en es sans aucun doute rendu compte.

Comme tu peux le deviner aisément, j'ai connu des hommes, en ai aimé un profondément, trop sans doute.
Mais tu me sembles différent de ceux-ci .... non pas du fait que tu n'as jamais été porté sur l'homosexualité, ni que tu sois plus beau que certains de mes anciens amis, mais parce que j'apprécie ta personnalité attachante, ta sensibilité, ta sincérité, ta compagNie que nus discutions, visitions un site ou même faisions du footing".

Il s'interrompt pour siroter un peu, prêter attention aux réactions de Luc qui semble ému, tremblote un peu son verre à la main..
Puis Philippe repart :
"Tu sais, le plus important entre nous ne sera jamais de faire l'amour
Avec le temps, j'ai appris que l'essentiel était ailleurs, dans la complicité, la confiance mutuelle et la confidence.
Chacun, homme ou femme, a le besoind'un ami, un vrai, celui auquel on ne cache rien, à qui on peut tout dire, celui auprès duquel on est ben - comme je le suis avec toi -, à l'égard duquel on ne frime, on ne paâît pas, vis à vis duquel on est naturel, soi-même.
Au risque de te décevoir, te choquer ou te délaire, Voila Luc comme j'ai envie de t'aimer".

Philippe se tait.
Peut-être en a t'il trop dit?
Peut-être pas assez aussi car, pour ne pas effaroucher Luc, il s'est bien gardé de révéler à sa juste mesure combien il adorait faire l'amour et, davatage encore, la tendresse, passer son temps à aimer physiquement son amant.
Les verres sont vides et il les pose sur le rebord de la table de nuit

Voyant que Luc est encore plus ému et tremblnntt, que ses yeux sont humides, Philippe ose.
Il ose ce qu'il n'aurait jamais entrepris auaparavant.
Il ose ce qu'il désirait faire depuis la rencontre de la veille au "Club Privé".
Il ose tendre ses bras vers Luc et enserrer sa tête entre ses mains?
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: "La conversion de Luc" 8   Sam 14 Fév - 21:19

JOURNAL de LUC
"A partir du moment où j'ai quitté Lyon en compagnie de Philippe, je suis devenu un autre homme, non pas tellement à cause de lui personnellement et des sentiments que je pouvais lui porter, mais à raison des moments qu'il me faisait patager avec lui..

Avec mes parents, je connaissais les restaurants étoilés et "select",
avec Mélanie, ma copine, ceux où elle était sûre de rencontrer des amies - mais l'étaient-elles véritablement !!!! - à qui me montrer, m'exhiber, uniqueent pour les rendre jalouses et leur prouver qu'elle avait su se "dégoter" un bo-mec,
avec mes "potes " du bureau ou du sport, les" bouchons" ou "trattoria" lyonnais. Jamais , je n'avais déjeuné tranquillement au bord de l'eau., dans un auberge sympa, comme sur les rives de l'AZERGUES où Philippe me fit aller.

Mes "vieux" étaient - et demeurent - thé dans un jardin bourgeois et coktails mondains,
Mélanie lèche-vitrines, un supplice,
mes copains, parties de tenis, bains à la piscine ou matches.
Or, Philippe me pilota vers des sites inconnus., un couvent délaissé, un village haut-perché, un musée de bourgade.

Il fut un compagnon auprès duquel je vécus des moments de détente et de découverte, une amtié nouvelle ... sans pour autant m'interroger sur la nature de ce lien.
Vivant pleinement les minutes présentes, je ne me suis pas soucié de celles qui suivraient .... même si, parfois, Philippe posait une main sur ma cuisse droite et que j'en frémissais, en bandais quelque peu aussi

En fait, je n'ai réalisé mon affection pour Philippe que lors du "footing" que nous avons effectué sur les hauteurs de THIZY avant le dîner.
Tous les deux en shorts, "marcel" bleu-marine pour lui, chemisette à carreaux, nous avons fait une halte et nous sommes assis sur un tronc d'arbre jonchant le sol..
Le ciel était encore bien éclairé par le soleil, la brise fraiche sans être froide, l'environnement bucolique et calme à souhait :
"le bonheur dans le pré".

C'est dans ces cadre et ambiance-là, au contact de sa paume caressant mon genou,
que je me suis rendu compte combien Philippe était désormais plus qu'un ami traditionnel, que je m'apprêtais à l'aimer.
Il tressailit quand ma main est venu rejoindre la sienne et je suis certain que si, un jour, nous évoquons la naissance de notre amour, nous la situerons à cette heure vespérale, lè-haut sur une colline dominant le FOREZ.

Durant le repas, nous éhangeâmes peu en paroles, mais intensément par les regards et sourires croisés.
Arrivés au seuil de nos chambres, Philippe ne m'invita pas à le suivre.
Sans doute échaudé par mon refus, la veille au soir, de monter à son appartement, il n'osa sans doute pas récidiver.

Le regrettant, j'ai remis - fétiches un peu ridicules - le short et la chemisette que je portais lors de notre "jogging" et, tandis que j'écrivais ces lignes, je me suis dit que je pouvais prendre, moi aussi, quelques initiatives,
que Philippe les attendaiit sans doute.
Alors, au prétexte de boire ensemble un petit verre de Cognac; je me suis résolu à l'appeler sur son portable.

A sa demande, me voila prêt à le rejoindre plutôt qu'à le recevoir,
me voila prêt à aller plus avant avec lui, vers un inconnu qui me fait peur, autant qu'il m'attire irrésistiblement.
Et je tremble un peu en achevant .cette page de Journal".
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: "La conversion de Luc" 7   Sam 14 Fév - 21:20

Réponse
Conseiller Supprimer Message 2 sur 3 dans la discussion

De : Colaps1 Envoyé : 8/03/2008 10:18

Salut à toi, c'est vraiment captivant, on ne lit plus tes récits on les dévores.
J'adore tous tes petits détails et je devrai essayer de m'inspirer de ta plume.
On voit nettement les gens qui savent écrire et ceux qui comme moi, étallent les mots comme cela vient dans leur tête!
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réponse
Conseiller Supprimer Message 3 sur 3 dans la discussion

De : TympanicMarco Envoyé : 14/03/2008 17:12

Oui, tu as raison Colaps c'est vraiment captivant ses histoires.

C'est sûr que je n'avais pasbeaucoup de temps mais en ce moment je suis en vacances de mon trvail pour une semaine et j'en profite bien a la maison de lire son eécit!

Merci encore Volupté!


Marco
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "La conversion de Luc" 7   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La conversion de Luc" 7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Festival "Art et Déchirure" Rouen
» "le sang des vikings"
» "A Caen le vin". 5ème salon des vins naturels (14).
» Communique 01/2009 "Syndicat d’Amendis-Tanger"
» "Les Médiévales" de Crèvecoeur en Auge.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "La CONVERSION de LUC"-
Sauter vers: