Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 l"Ecole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nicowaterloo
membre émérite
membre émérite
avatar

Masculin Balance Chèvre
Messages : 93
Date de naissance : 13/10/1955
Date d'inscription : 19/11/2008
Age : 61
Localisation : Londres et Belgique Lasne Antibes

MessageSujet: l"Ecole   Jeu 19 Fév - 12:22

Lundi
Aujourd’hui le ciel est gris et la ville s’agite dans la brume du matin, sous le bruit de la pluie qui tombe doucement. Je me réveille d’un sommeil fragile et j’enfile un simple tee-shirt et un jean avant de descendre a la cuisine. Mes parents sont déjà assis devant le petit-déjeuner. Je m’assoie avec eux, sans un mot, on n’a pas l’habitude de parler pendant les repas. Aujourd’hui, les vacances d’été sont terminées, l’école recommence. J’aurais de nouvelles personnes dans mes cours, encore des notes élevé et encore très peu d’amis. Je songe a comment sera ma vie une fois l’école terminé, je pourrais m’installé en appartement, poursuivre mes études a l’université peut-être. Apres tout, je suis doué à l’école.
- Nico ? - Euh…oui, papa ?
- Tu vas manquer ton autobus, dépêche toi !
Sans dire un mot, je pars attraper l’autobus qui se dirige vers ma petite école. Ma vie est triste, comme j’ai hâte de quitter cette famille froide et sans compassion !
12h30
Le cours d’éducation physique…j’ai toujours détesté le cours d’éducation physique. Heureusement aujourd’hui, le professeur ne fait que présenter le cours. Il nous fait tous s’asseoir en rond au milieu du gymnase, et il commence a présenté la plan du cours. Je n’écoute pas, ce qu’il dit est intéressant.
- J’ai toujours détesté les cours d’éducation physique.
Me chuchote le gars juste à coté de moi.
- Moi aussi…je me demande pourquoi ces cours inutiles sont obligatoires, c’est du temps perdu. De toute façon il n’y a que les sportifs qui aiment cela, ils trouvent l’occasion de se faire remarquer !
- Ca c’est vrai !
On rigole ensemble, il semble très gentil. Peut-être que je vais arriver à me faire un ami de plus cette année ! Je découvre qu’il s’appelle Henri, il a 17 ans comme moi, et comme moi il semble plutôt réservé.
Mardi, même heure.
Aujourd’hui, on s’entraîne un peu à la course. Je suis dans le vestiaire des garçons et j’enfile mes vêtements de sports sur mon corps frêle. Je n’ai pas envie de courir, j’ai toujours été si lent à la course.
Je lève les yeux, Henri est la. Il retire son pull et son pantalon. Je me surprends à le regarder du coin de l’œil, il est plutôt joli garçon. Des cheveux châtain, presque blond sont en bataille sur ses oreilles, son regard est d’un bleu perçant…et son corps…
Je détourne la tête, mais qu’est-ce qui me prend ?! Je me sens stupide, j’étais la, a regardé un autre garçon comme on regarde une fille. Il est joli garçon et alors ?

- Qu’est-ce que tu fais Jacob, tu viens ? - Euh…oui, j’arrive Balbutiai-je, bêtement.
Je n’arrive pas à croire que je l’ai regardé ainsi, jamais je n’ai regardé un homme de cette façon. C’est sûrement la curiosité qui c’est éprise de moi, rien que la curiosité…
Mercredi.
C’est l’heure de dîner, je suis assis avec quelques anciens amis, lorsqu’Henri s’approche de notre table et demande s’il peut s’asseoir avec nous d’un air timide. J’accepte volontiers et il se joint à nous avec un sourire. Il parle peu, j’ai l’impression qu’il n’est pas à l’aise parmi tant d’inconnues et c’est normal après tout. Je le regarde encore une fois, comme si je voulais le comprendre, entré dans son esprit. J’ai une étrange sensation face à ce garçon et je ne comprends pas vraiment. Je crois sincèrement que notre amitié vaudra la peine. Finalement, cette année scolaire s’annonce très bien, j’ai toujours aimer faire de nouvelles connaissances
On se retrouve dans les vestiaires et cette fois encore mon regard ne peux se détaché de jeune homme. Je ne sais pas trop quoi pensé de moi-même a cet instant précis, mais je m’en fou, je le trouve beau, très beau. Il a la peau légèrement bronzé, il est plutôt mince et de grandeur moyenne. Ma curiosité m’amène à vouloir connaître ce garçon. Il s’avance vers moi, et il attrape son tee-shirt dans le casier derrière moi, son bras frôle le mien dans un frisson qui me fait tout comprendre. Je m’assoie et je tente de reprendre mes esprits, je ne veux que nier l’effet que me fait cet homme, mais je ne peux qu’être réaliste…
Il remarque mon trouble.

- Tu n’as pas l’air d’aller bien…
- Ce n’est rien…un malaise.
- Tu es certain ?
Henri s’assoie près de moi, inquiet et il pose sa main sur mon épaule. Je me relève vivement.
- Ok, ça va !
Dit-je sèchement.
Je n’arrive pas à le croire. Je ne veux pas le croire ! C’est idiot…Je refuse d’être intéressé par un garçon, je refuse totalement cette idée. Je ne dois plus le voir, je ne veux pas que ma vie bascule pour un garçon. Qu’est-ce que mes parents penseraient de moi s’ils savaient cela ? Je me sens perdu…J’ai envie d’hurlé, de pleuré. Je ne croyais pas que cela pouvais m’arriver a moi !

Rien que d’imaginer comme ma vie basculerait si j’étais homosexuel, j’ai envie de partir en courant au bout du monde et de ne jamais revenir. Non…je ne le suis pas, c’est impossible de toute façon, pas moi ! Personne ne l’accepterais…je ne dois pas l’être, je ne le suis pas. Je ne le serais jamais !
Mon regard rencontre soudain celui d’Henri. Ses yeux sont pleins d’inquiétude, il me regarde sans comprendre ce qui m’arrive.

- Excuse moi…Je me sens mal, je vais partir, c’est mieux.
- D’accord. Tu veux que je vienne avec toi ?
- Non…Ne t’inquiète pas, ça iras
Je lui tourne le dos et je pars aussitôt, encore troubler par tant d’émotions. Je revois la tendresse au fond de ses yeux bleu, sa main si douce sur mon épaule, son sourire ensoleillé…je l’aime. Je l’aime, mais cet amour est tout simplement impossible et ridicule, je me l’interdit, je m’interdis d’encore ressentir quoi que ce soit pour lui ! Cet amour ne pourrais que détruire ma vie…de toute façon Henri est un homme, jamais il ne pourrait s’intéressé a un autre homme. Je m’assoie seul sur un banc a l’extérieur, et je songe a quel point je dégoûterais les gens qui m’entourent si je leurs parlait de ce que j’ai ressenti, je me dégoûte moi-même d’avoir posé un regard de ce genre sur un garçon. Je ne veux pas être comme ça…on ne m’accepterait tout simplement pas, alors je ne dois pas être comme ça !
Les larmes envahissent mes joues blêmes et je préfère allait me camouflé dans les bois jusqu'à ce que la crise passe.

Je passe le reste de la semaine a tout tenté pour éviter Henri, je ne désire pas le revoir. Il a fait naître des sentiments si ambigus en moi, et surtout un énorme doute. Pourquoi devais-je rencontré un garçon comme lui. Ma tactique fonctionne plutôt bien, je croise très peu celui que je désir tant et pourtant qui m’effraie plus que tout. Dimanche soir, je passe une très mauvaise nuit…je pense a Henri…Je m’assoupi doucement et le jeune homme blond vient hanter mes rêve de toute sa tendresse. Son regard bleu est partout atour de moi, ses lèvres tendres et les miennes ne font plus qu’une, elles se goûtent, elles apprennent a se connaîtrent et a se mélanger. Ses doigts frôlent ma peau, et soudain ils semblent loin, je ne les vois plus, ils me sont interdits…
Je me réveil brusquement, le corps en sueur et le visage ruisselant de larmes. Je suis surpris d’un tel rêve, mais surtout de l’effet que celui-ci ma fait. Je suis soudain envahi par une tristesse profonde…Au fond, je ne désire pas m’éloigner de lui, au contraire, je voudrais m’en approcher si près afin de pouvoir l’aimer entièrement. Je m’en veux, je ne sais pas quoi pensé. Je dois pourtant me rendre à l’évidence de mes sentiments troublant pour cet homme. Je l’aime, je l’aime énormément et cela plus que toutes les femmes réunies.

Moi, Nico, j’aime un homme et je l'aime de tout mon cœur
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: l"Ecole   Sam 7 Nov - 20:47

Eh oui, la découverte de son homosexualité chez un garçon (une fille aussi, sans doute) peut être ressentie comme une sorte de petite, ou grande, catastrophe. Certaines familles, on le sait, ne peuvent accepter cela, et les jeunes savent dans quelle famille ils vivent...

Certains s'en foutent totalement, par contre, et ils ont sans doute raison, à notre époque surtout où mla gaytitude est de plus en plus acceptée par beaucoup.
Il reste cependant beaucoup à faire encore pour vaincre toute homophobie !

Merci Nico de nous donner ce témoignege qui fait bien réfléchir.
Amitiés de Gaikoala
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
l"Ecole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecole de TENNIS pour nos enfants
» "sevrer" ma grande de son biberon? est-ce bien necessaire?
» MOUSSE-ARMORIQUE 39/41."ALLO ! RADIO POULAINES!"
» Ecole Steiner: gros dilemne
» abonnement Ecole des Loisirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: Récits-
Sauter vers: