Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 Mon Séjour en Côte d'Ivoire 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nicowaterloo
membre émérite
membre émérite
avatar

Masculin Balance Chèvre
Messages : 93
Date de naissance : 13/10/1955
Date d'inscription : 19/11/2008
Age : 62
Localisation : Londres et Belgique Lasne Antibes

MessageSujet: Mon Séjour en Côte d'Ivoire 8   Mer 25 Fév - 0:49

Mon Séjour en Côte d'Ivoire 8

Je donne ici l’impression que je ne bougeais jamais chez moi  ni de cercle de mes élèves favori, mais ce sont les meilleurs souvenirs. Le quotidien était fait de  soirées,  drinks, apéro  repas, BQ  etc.. plusieurs fois par semaine  entre expat ; de façon convenue ou totalement improvisée. Célibataire et le plus jeunes des expat  j’étais l’invité de tous. On m’appréciait pour ma façon de dire des horreurs sur tout et tous , sans hargne, même sur moi et mes phantasme . Tous le monde semblait ou certain faisait  d’ignorer mes goûts.  Quand la soirée se passait chez moi, mes élèves glissaient à l’arrière pour aider Bakary  et partager avec lui les agapes.

Un soir j’ai été invité à la gendarmerie avec d’autres expat, chez un colosse noir qui vivait seul mais baisait fort et tout genre.  . je me rendais à la gendarmerie, Impressionnant. , l’Hôte, le modèle du noir avec son air de prédateur, éveillait chez moi  le désir d’un contact sauvage. Il avait acheté  une caisse de whisky pour servir l’apéro  aux invités du drink. Moi heureux je parlais à mon habitude, volubile et soiffard. Je ne sais pas boire, mais un verre en main  si on le remplit je le vide aussi vite.  Je me trouve  bêtement au centre de la fête et mon  beau flic  venant remplir mon verre  régulièrement. J’étais bien, trop bien même . tout  d’un coup j’ai senti que ça n’allait plus. , j’allais être malade , j’ai pu quand même descendre tant bien que mal de la terrasse , sortir de la zone éclairée et chercher un arbre pour me cacher et  vomir à l’écart. Quand je me suis penché pour vomir  deux poignes m’ont bloqué les hanches m’évitant la culbute en avant.  C’etait mon grand flic il me soutenait pendant que je vomissais, tout en s’excusant de m’avaloir fait boire autant.
J’avais honte  et n’osait regarder personne lorsqu’il me porta, j’étais bien incapable de me porter moi-même , pour me reconduire chez moi. J’étais de plus en plus mal.

Arrivé chez moi dans le véhicule de la gendarmerie, il y eut une bousculade panique  jusqu'à ma chambre. Je me suis laissé jeter sur le lit, des mains  me déshabillaient du short et Tshirt. J’étais étalé, en slip dans une chambre et sur un lit qui  tanguait. Bakary était affolé  et houspillait Mathias et Eugène afin de me soutenir. Le flic lui  dit  «  t’inquiète pas, il est bourré, fais lui un café salé et apporte une bassine, ca va remonter «   peu à peu le calme revint , je n’étais plus agressé par le bruit et la lumière . je sentis  le poids  des corps  qui s’asseyaient  de part et d’autre  de mon lit . j’étais collé au matelas  les bras ouvert ; ils m’ont pris les mains , je me suis agrippé à eux. Le café salé et la bassine  arrivait. Bakary me fit boire  une gorgée. L’ Horreur’  ; tout de suite  l’intérieur en révolution explosa et des bras  me soutenaient au dessus de la bassine .  je me vidais . Après un temps cela allait déjà mieux mais j’étais épuisé. de plus une vague de honte m’a submerger, moi l’instituteur , Une main me caressait tandis qu’un autre faisait des aller et retour vers la salle de bains pour  humidifier un gant  qu’il me passa sur le visage et le thorax.  Un violent sanglot m’a pris contractant mon corps et noyant mon visage  Bakary décida que Mathias et Eugène devaient rester cette nuit près de moi.  Ils ont dit qu’ils dormiraient  là  

Ce qui  me gênait le plus maintenant, c’était d’empester la sueur et le vomi. «  enlevé cette bassine, j’en n’ai plus besoin . et puis il faut que je me douche. »  J’ai essayé de me lever, mais la maison tanguait toujours et je suis retombé.  Au bord e des larmes j’ai appelé  » oh  aidez-moi, je pue , je me dégoute , aidez-moi à me laver »
Aucun des deux n’osait me déshabiller devant l’autre. «  Aidez- moi, je ne sais pas me laver en slip et  vous  n’allez pas non plus mouillez vos vêtements. n’allumez pas , j’ai trop honte »  Ils ont fait glisser mon slip et quand ils m’ont soutenu vers la douche, j’ai senti leurs corps nu  contre moi.
Ils échangeaient des mots rapides dans l’obscurité protectrice. Eugène s’est appuyé  au mur  et m’a soutenu sous les bras . Mathias  s »était mis à me savonner avec énergie dans l’obscurité complète. Soudain j’ai senti  contre moi le sexe d’Eugène qui durcissait. Mathias , lui , me frottait les cuisse , insistant autour de ma bitte, butant sans ménagement conter  celle de son copain qui se collait à moi  pour marquer son droit. Puis ils m’ont retourner, je glissais, finalement Eugène m’a coincé contre lui , mes bras sur ses épaules ; il me soutenait sous les fesses. Mathias à repris sont travail La bitte d’Eugène  restait dressée  entre mes cuisses et la mienne, bien molle, contre son ventre  Mathias  continuait à astiquer mon dos et mes fesses, buttant  volontairement contre le sexe  d’Eugène. Puis il s’est occupé de mes jambes et j’ai senti  sa bitte  raide  contre mon mollet comme pou affirmer aussi sa présence . Enfin  on s’est rincé d’une main pour me soutenir et de l’autre  se bousculait  entre mes fesses  et le pli de l’aine chassant le savon.

« Je vous aime, j’ai besoin de vous deux »  l’essuyage sommaire  nous sommes tombés sur le lit, moi sur le dos les bras ouvert, leurs demandant de venir contre moi pour me rassurer ; C’était parfait, dans le noir chacun plaquait  son sexe raid  à une de mes cuisses, leurs main me caressaient  le corps. Une bouche s’est même écrasée sur la mienne, alors qu’une autre bouche , jalouse, s’emparait de mon sexe qu’une vague érection à secoué. J’étais là, livré à ces deux affections qui ne se cachaient plus l’une ; Il y avait des mains partout sur moi, et des peaux douces et des sexe battant.  Je me suis endormi  heureux .
Suite


Dernière édition par nicowaterloo le Lun 21 Juil - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: Mon Séjour en Côte d'Ivoire 8   Ven 27 Fév - 22:36

Mmmmh... c'est pas fini là !

Gaikoala
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
Mon Séjour en Côte d'Ivoire 8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Rouen - Jour de marché par PISSARO
» Rions un peu avec humour du jour.
» 1 blague par jour du Père Noël ^^
» 6eme jour de protéines pures et je n'ai pas le livre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: Histoires de Nico-
Sauter vers: