Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 Chapitre 18 - La mutinerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Chapitre 18 - La mutinerie   Ven 13 Nov - 0:53

Chapitre 18 - La mutinerie


La prison était en effervescence depuis quelques jours : un maton (gardien dans le langage des prisonniers) avait frappé un peu fort un récalcitrant qui s'était jeté sur lui, les poings levés. D'autres gardiens étaient accourus, mais comme c'était juste le moment du retour de récréation, un flottement permis à certains d'aider leur copain, et bientôt, ce sont les prisonniers qui eurent le dessus, obligeant les gardiens à se retirer derrière les grilles du quartier, isolant celui-ci du reste de la prison.

Mais, comme tout se sait très vite en prison, par des coups frappés sur les tuyaux de chauffage, par exemple, les autres quartiers commencèrent également à s'agiter, si bien que Ray se vit isolé avec le bibliothécaire dans la partie administration, coupés des autres et obligés de prendre leur mal en patience, car ils s'y virent bouclés !

Le bibliothécaire, qui s'appelle Victor, invite Ray à s'asseoir avec lui sur un vieux divan qui trône au fond de la bibliothèque, comme oublié là dans le passé. Victor y fait souvent des suppléments de sieste, le calme de la bibliothèque lui convenant.
Cette fois, il semble d'humeur bavarde et, ayant Ray à la bonne, il se met à lui raconter ce pour quoi il est ici : il a tué son compagnon qui avait osé toucher à son fils qui lui rendait visite. En effet, avant de s'installer en ménage homo, il avait eu un fils avec la jeune femme qu'il avait épousée car elle était enceinte après une soirée de beuverie entre voisins du même immeuble. Le mariage n'avait pas duré, mais le fils ayant à présent quatorze ans, il avait souhaité visiter son père, et celui-ci, bien qu'en ménage, le recevait donc régulièrement...
Cela durait depuis un an environ, quand, rentrant plus tôt que prévu de courses qu'il avait faites, il surpris son compagnon au lit avec son fils, pas vraiment d'accord avec ce qui lui arrivait. Son sang ne fit qu'un tour et il empoigna une statuette qui était sur un guéridon et... frappa à la tête, laissant son compagnon pour mort, tandis que son fils se jetait dans ses bras, puis se rhabillait et partait très vite rejoindre sa mère, tandis que son père téléphonait à la police...
Le procès aurait pu tourner en sa faveur, mais le jury sembla un peu homophobe, car il écopa de la perpétuité, malgré les circonstances atténuantes qu'étaient venues défendre son fils. Mais comme mineur, il n'eut aucun poids.

Ray écoutait Victor avec beaucoup de compréhension, tandis qu'il dégustait un petit verre de « pequet » que l'ancien bibliothécaire avait laissé et caché entre les bouquins. Victor trouvait que c'était un bon moment pour en boire, et il devint bientôt tendre... puis se pencha sur le visage de Ray pour l'embrasser.
Ray pensa qu'il était bon pour briser la solitude de Victor, et que cette fois il n'y couperait pas : d'autres approches ayant échoué, mais là, il savait qu'ils étaient là pour un bon moment... et il tenait à ce rôle d'aide-bibliothécaire !
Victor eut tôt fait  d'ôter les vêtement de Ray, avec précaution, comme s'il déshabillait une poupée, puis il se mit à admirer son corps parfait et à le caresser timidement...
Ray, encouragé par cette approche et par l'alcool, se mit rapidement à bander comme un turc, et vit Victor tomber à genoux comme pour adorer ce phallus parfait, mais ses lèvres vinrent bientôt en entourer le gland délicatement, sa langue « tournicotant » tout autour, tandis que les mains du bibliothécaire tâtaient d'un nouveau parchemin en parcourant la peau délicate de Ray...

Ce dernier, ne voulant pas être en reste, essaya de changer de position pour être plus participatif, mais un grognement de Victor lui fit comprendre que son plaisir était de le sucer à l'aise, et dès lors il se laissa faire passivement, se contentant de caresser la tête chauve de son nouvel ami.
Ce dernier allait et venait, maintenant depuis le haut de la verge jusqu'en bas, l'avalant toute entière jusqu'au fond de sa gorge, ce qui fit beaucoup d'effet à Ray, bien sûr, et provoqua chez lui rapidement un plaisir intense... qu'il exprima bientôt en longs jets aussitôt pompés par Victor qui n'en perdit pas une goutte.

Ray, toujours nu devant Victor encore habillé, voulu alors que ce dernier se déshabilla à son tour, ce qui fut vite fait, et il découvrit chez cet homme d'une cinquantaine environ, un corps parfaitement musclé, et pas du tout adipeux : il devait avoir fait des exercices de poids et haltères, car vraiment, il découvrait là un corps d'athlète, bizarrement coiffé d'une belle tête complètement chauve, mais cela lui allait parfaitement bien.

Victor demanda à Ray s'il voyait un inconvénient à ce que celui-ci « le prenne », et devant l'accord de son nouveau partenaire, Victor souleva les jambes de Ray pour pouvoir facilement lui lécher cette fois la rosette, ce qui fit beaucoup d'effet à celui-ci, fouillé par une langue qui avait l'air aussi puissante que le reste et qui le pénétrait quasi comme une petite queue, le lubrifiant et l'ouvrant, prêt au « sacrifice »...
Victor présenta alors un gland parfait et circoncis à l'entrée de la grotte espérée et pénétra celle-ci doucement, par petit coups légers, tout en caressant Ray partout.
Vite au fond du fourreau désiré, Victor se mit à pomper doucement son partenaire qui ferma les yeux et se rappela bien d'autres « baisages » où il avait pris cette même position.
Mais son partenaire prenant du rythme, il les rouvrit très vite et, participant à l'action en triturant les seins de Victor qui avait des mamelons longs et durs, il fit gémir celui-ci qui, augmentant sa vitesse, ne mit pas longtemps avant de grogner en éjaculant à longs jets dans les entrailles de Ray.

Les deux hommes s'embrassèrent ensuite, puis se rhabillèrent après quelques caresses de tendresse encore. Ils reprirent alors un petit verre, attendant qu'on les délivre enfin, mais cela dura encore des heures, si bien qu'ils pensèrent avoir été oubliés et s'étendirent sur le divan pour dormir un peu...

C'est là que le gardien-chef, se souvenant qu'ils étaient toujours enfermés, les trouva endormis comme deux grands anges, ce qui le fit sourire, malgré la journée que la prison venait de vivre.

Retrouvant sa cellule, Ray fut surpris de ne pas y trouver leur nouveau compagnon, mais Rachid lui appris qu'il était à l'infirmerie : il avait été « kidnappé » par trois gaillards de l'étage supérieur et emmené dans leur cellule pour profiter de lui d'une manière plus que brutale. Le pauvre Dany avait eut beau crier, il compris qu'il n'y aurait rien à faire : il fallait « y passer », aussi autant faire contre mauvaise fortune bon coeur, et il essaya d'accepter ce qui lui arrivait, ce dont ses tortionnaires se réjouirent, bien évidemment, et mirent à profit pour tirer de lui toute la jouissance possible.

L'ayant déshabillé en un tour de main, l'un des costauds le prit en levrette sur son lit, et un autre lui mit en bouche une queue énorme, qu'il avait peine à avaler, tandis que le troisième le forçait à le branler !
Heureusement, le premier n'avait pas été trop brutal, et même s'il avait à peine mouillé son cul d'un peu de salive, il était arrivé à le pénétrer sans trop de douleur.
Le second, celui qu'il branlait, prit la place toute chaude du premier et l'encula à grand coups de butoir rapides, se libérant très vite en gueulant comme un âne... ce qui en rameuta deux ou trois autres qui passaient dans le couloir toujours en révolte.

Profitant de l'aubaine, ceux-ci se succédèrent à un rythme qui fit que le cul du pauvre Dany ne sentait bientôt plus rien, et il ne fut même pas surpris qu'en dernier lieu, le gars qu'il suçait voulu le prendre également : là, il senti bien l'énorme queue lui déchirer l'anus et lui labourer les flans, lui donnant l'impression d'être déchiré de haut en bas ! Le gars, qui devait être turc pensait-il, se mit à éructer des mots rauques dans sa langue avant de pousser son « chibouk » bien au fond de lui avant d'éjaculer puissamment, donnant l'impression à Dany que tout ce jus accumulé allait lui sortir par la bouche !...

L'abandonnant dans un coin, il fut trouvé par des gardiens quand le calme revint doucement, et fut emmené à l'infirmerie pour quelques soins, les matons ayant tout de suite compris ce qui avait dû se passer en le découvrant là nu, ses vêtements éparpillés autour de lui.

Dany eut droit à un vrai bon lit et aux soins d'un jeune gardien qui avait commencé des études d'infirmier avant de changer de voie, dégoûté par le sang !
Ici, pourtant, il fut aux petits soins pour le pauvre Dany, lui nettoyant l'anus après avoir conseillé à son patient de déféquer tout ce qu'il pouvait pour « chasser tout ça », en espérant qu'aucun des assaillants n'était séropositif !...

Une fois pansé et bordé par le jeune maton complaisant et doux, Dany reçu un puissant sédatif et s'endormit assez vite, son soigneur pensant qu'un sommeil réparateur était ce qu'il y avait de mieux.

Pourtant, son sommeil fut peuplé de cauchemars, et le maton, Christian, dû quasi bercer le pauvre Dany qui sanglotait dans ses bras...


Dernière édition par Admin le Lun 8 Fév - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
colaps
membre émérite
membre émérite


Masculin Cancer Singe
Messages : 109
Date de naissance : 10/07/1956
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 61
Localisation : belgique

MessageSujet: mutinerie   Ven 13 Nov - 12:24

hummm, quelle différence par rapport aux visites ! dany se trouve entre bonnes mains car je pense que l'infirmier va bien le dorlloter ! mais que devient yves avec ses copains ? là suis impatient de connaitre la suite. biz à toi.colaps
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - La mutinerie   Ven 13 Nov - 20:43

Ben oui, que veux-tu : dans un roman, il y a des épisodes qu'on préfère à d'autres, lol !
Difficile de faire tenir une histoire ensemble sans certains liens de "papotage" entre les baises, mon cher Colaps : ça ne peut pas baiser sans arrêt !!!?

Voilà. Tu auras bientôt des nouvelles d'Yves, t'inquiètes pas...

Amitiés de Gaikoala
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chapitre 18 - La mutinerie   Sam 14 Nov - 9:00

Salut Alex
Tu commentes toujours mes textes et je commente rarement les tiens. Ne va pas croire que je ne les aime pas. Tu nous entraînes dans des cercles promiscues comme un vrai spécialiste de la baise. J’admets qu’après avoir lu tes histoires je suis quasiment épuisé pour tes personnages qui ont à peine le temps de remettre leurs culottes entre deux séances de jambes en l’air. Rien de mal à ça, comprends-moi bien. Y a pas de doutes, tu en donnes au client pour son argent.
Un scénario pas évident qui t'oblige à des prouesses d'imagination. Des rebondissements, des personnages complexes et sympathiques, d'autres moins. Tu finis par nous accrocher et, comme de raison, on attend la suite...

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - La mutinerie   Sam 14 Nov - 17:22

Merci de ton élégant commentaire, mon cher Microbius. C'est vrai que ce n'est pas toujours facile de relancer le sujet, car les personnages, comme nous, n'ont qu'un corps ( ! évidence !), donc pour ne pas lasser, je suis obligé de multiplier les personnages, les faire se rencontrer, les mélanger (sic), et brasser tout cela dans un décor qui fasse une histoire qui tient vaguement la route...

Mais tu sais, l'imagination, je n'en manque pas car cela me "coule de source" une fois que je me mets à écrire : j'ai cette chance.
Je ne doute pas que, de ton côté, tu peaufines beaucoup plus tes sujets, car tes histoires sont beaucoup plus élaborées, et je suis sûr qu'à l'instar de Stendhal dans son "gueuloir", tu te lis plusieurs fois les phrases, les corrigeant jusqu'à ce qu'elles soient belles.
Je n'ai pas cette patience, personnellement, ni le temps, car je me suis mis tard à l'écriture : j'écris donc comme je respire : avec gourmandise, pour mon propre plaisir, mais aussi celui des autres, essayant de mettre du piment dans chaque épisode afin d'obtenir un goût juste. Juste bon à déguster...

Bon appétit !
Amitiés de Gaikoala
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 18 - La mutinerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 18 - La mutinerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 41e chapitre de l'Ordre de Château-Thierry
» Centralisation VF Jojolion (Chapitre 34 & 35)
» Réchauffement climatique (chapitre 2)
» Livres en vignes
» "Ik val aan. Volg mij" - Croiseur Léger De Ruyter 1942

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Yves et le Renard"-
Sauter vers: