Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 J’en suis fier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: J’en suis fier   Lun 14 Fév - 18:53

(Trouvée sur le net)

J’en suis fier

Quelques jours à Paris. Immanquablement, je commence ma tournée des endroits chauds. Le premier jour, je sors un peu déçu de chez Boxxman où j’ai fait deux rencontres pas transcendantes. Le deuxième jour, je risque un tour chez Vidéovision, rue de Rome. Mon dernier passage là-bas m’avait laissé un assez bon souvenir. Je choisis mon film – le dernier opus hyper sexe de Titanmen productions ! - et je me vois attribuer la cabine 5, au centre du couloir qui serpente le sous-sol.
Les choses commencent fort puisque lorsque j’arrive un mec d’une trentaine d’années est à poil au milieu du couloir et cinq mecs s’en occupent. Enfin, deux mecs s’en occupent activement et les autres matent un max. Le jeune gars est une bonne salope et les deux mains en appui sur le mur, à moins d’un mètre de ma cabine, il se laisse faire. C’est la première fois que je vois une scène comme celle-là – un vrai lopage qui dure au milieu du couloir - chez Videovision ! Un mec très mignon à lunettes lui travaille les seins tandis qu’un autre hyper viril et poilu l’encule allègrement. L’enculé gémit sans retenue et c’est très excitant.
Je m’installe dans ma cabine entrouverte. Je me fous directement à poil et je me mets en tenue : cockring, chaîne avec cadenas au cou. Je sors mon poppers. L’enculé en a lui aussi et il en respire régulièrement. Je commence à me branler en regardant l’excitant tableau du couloir. Je regarde un peu le film sur l’écran de ma cabine puis je penche la tête pour mater une scène encore plus bandante en live. Sur l’écran et dans la réalité, j’ai droit à de beaux mecs bien vicelards et poilus comme je les aime. Dans le couloir, ça défile sans arrêt… Les voyeurs sont nombreux et comme le petit enculé n’est pas farouche, ils sont nombreux à vouloir y goûter. Je suis très vite sur le point de jouir et je dois m’arrêter de me masturber. Le mec mignon à lunettes vient vers ma cabine – il n’a que trois pas à faire – et me dit :
Reste pas là à mater ! Viens nous rejoindre, on va s’occuper de toi. Il y a du beau monde à satisfaire…
Je ne me le fais pas dire deux fois. Dès que j’ai rejoins le groupe, le mignon à lunettes se colle contre mon dos et me donne des coups de bassin contre les fesses. Il me triture les tétons en même temps.
Je suis certain que t’es une bonne salope !
Et j’en suis fier !
Alors on est fait pour s’entendre.
Sûrement, oui ! Ta bite est superbe…
T’es only passif ?
Ah ça, oui !
Tu as déjà fait ce genre de plan ?
Rarement mais ça m’est arrivé…

Il m’embrasse dans le cou et me donne des claques sur les fesses. Ses mains palpent mon corps dénudé et brûlant. Il teste mon corps et cherche calmement où sont mes points sensibles. Très vite, il constate que mes tétons sont sensibles et que dès qu’on y touche je monte au 7ème ciel illico. Mon cul est très vite investi
lui aussi – enfin plutôt ma raie - et je me mets à gémir. Je sens que je vais prendre beaucoup de plaisir.
Mets-toi à côté de l’autre salope.
Je suis à peine installé qu’il hèle un des voyeurs et lui demande si ça l’intéresse de limer une salope. L’autre s’approche. Mon mignon à lunettes me lubrifie le trou avec du gel et tend une capote à mon futur enculeur.
Ils vont tous te baiser puis ce sera à moi. Je veux donner l’estocade !
Je n’ai rien dit. J’ai subi… avec plaisir ! Le premier enculeur avait un sexe moyen et ce fut idéal pour m’ouvrir. J’ai beau être régulièrement enculé, je suis toujours très serré. J’accepte les grosses bites mais avec une préparation en douceur. Lorsque mon cul est correctement ouvert, de gros morceaux peuvent m’investir.
Le deuxième m’enculait. Celui-là avait une bite très longue et très fine. J’aimais moins la sensation qu’il m’apportait. Mon mignon à lunettes se mit face à moi et m’embrassa sensuellement.
C’est bon ?
Oui.
Tu aimes ça, te faire « mettre » à la chaîne ?
J’adore.
Moi, c’est Loïc ! Et toi ?
Charles.
On va passer un bon moment, Charles.

Tout s’est enchaîné assez rapidement… Au bout d’une heure trente de baise dans le sous-sol où les mecs allaient et venaient constamment, Loïc et son copain m’ont invité à aller chez eux pour une « bonne prise en main ».

Chez nous, il y a tout ce qu’il faut pour ton bonheur ! ça te dit ?
Pourquoi pas !

Nous nous sommes retrouvés chez eux avec une autre petite salope. Nous étions très chauds tous les quatre et les choses n’ont pas traîné… Une pièce de leur appartement était totalement dévouée au sexe : sling, godes, pinces à seins, croix de Saint-André… Je me suis mis à bander très fort. J’en avais mal à la bite. Etienne, l’autre petit passif, roulait des pelles à tout va. Il semblait adorer ça par-dessus tout. Pendant que Loïc l’enculait, je me suis occupé de sa bouche avide. Je lui suçais la langue un moment puis je plongeais ma queue raide entre ses lèvres humides.
Tu aimes ça prendre des grosses bites dans ton fion serré ? a crié Loïc en lui claquant les cuisses.
Le copain de Loïc s’est placé derrière moi et il a commencé à s’occuper de ma raie et de mon trou. D’abord à la langue puis aux doigts, il m’a assoupli la rondelle. La grosseur de sa bite m’effrayait un peu car je suis terriblement serré. Il m’a lubrifié longtemps.
Prêt pour recevoir mon dard ? a-t-il soufflé à mon oreille.
Oui. Vas-y mollo !
T’inquiète ! J’ai vu que t’étais très serré. Avec Loïc, nous avons l’habitude des lopes dans ton genre… Nous savons les utiliser sans les abîmer !
Il a souri puis est doucement entré en moi. C’était si bon. J’ai senti son engin se frayer lentement un chemin dans mon conduit anal jusqu’à ce qu’il vienne buter au fond. Etienne et moi en avons pris par tous les trous pendant plusieurs heures. Nos deux hôtes nous ont comblés non stop. Quels mecs ! Ce plan à quatre restera un de mes meilleurs moments de baise.

J’ai quitté leur appart avec leur numéro de portable et leur adresse E-mail. Depuis, nous nous sommes revus quatre fois et… je vous raconterai ça une autre fois.

Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
J’en suis fier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boujou la Normandie
» Petit scarabée
» Maxime Landry "Je suis fier d'être passé par cette grande école"
» Je suis fier d'être acadien - Travis Cormier
» Art et humilité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: Vos textes-
Sauter vers: