Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 Chapitre 29 - Les vignes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: Chapitre 29 - Les vignes   Ven 19 Nov - 17:01

Chapitre 29 - Les vignes


Le lendemain est une belle journée chaude et ensoleillée. Ils se sont levés tard, car le chant des cigales, auquel ils ne sont pas habitués, ainsi que la chaleur, les a empêchés de s'endormir facilement.
Mais vers neuf heures, après une rapide douche prise, ils sont en forme et descendent rapidement petit-déjeuner.
Eunice avait prévu quelques baguettes, du bon beurre salé et de la confiture de raisins, et ils mangèrent de bon appétit.

Il avait été convenu que Pierre et Yves accompagneraient Benjamin dans les vignes, tandis qu'Alain et ces dames descendraient à Uzès pour faire les « grandes courses » afin de remplir l'immense frigo d'Armand : le leur dorénavant !

Après avoir rapidement petit-déjeuné, les garçons se rendent chez Eunice, mais « le Benjamin ne vous a pas attendus », leur dit-elle, « c'est un lève-tôt, vous savez ! ».
Elle leur explique alors comment le retrouver en suivant un chemin qui part de son mas et débouche sur un « cabanon » situé au-milieu des vignes, à la jonction des deux propriétés : Armand l'avait bâti là pour la facilité et y retrouvait toujours Benjamin.

Les garçons, un peu gênés d'être si tardifs, se mettent vite en route et rejoignent bientôt le cabanon annoncé, distant de 300 mètres au moins, bâti à l'ombre de cyprès et d'un catalpa magnifique qui ombrage son entrée : en soi, c'est presque une petite maison, ce qui étonne les garçons, mais Benjamin, torse-nu et habillé d'un short assez large, les attend assis sur un des quatre sièges de rotin qui sont là, près d'une petite table où les attendent des rafraîchissements.
Ce qu'ils ignorent, c'est qu'un très vieux puits voisine le cabanon. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Armand a choisi cet endroit idéal, le puits étant toujours fourni en eau très fraîche par une source souterraine. L'eau est donc pure et consommée depuis toujours.

Benjamin a fait comme il faisait pour Armand : il a sorti un vieux pastis et l'a mouillé de l'eau du puits pour y faire goûter les garçons. Ceux-ci ont déjà soif, sous le soleil ardent et sont contents d'avoir trouvé cette ombre si accueillante.
Benjamin est charmant dans son short trop large : un héritage d'Armand, sans doute ?
Comme il est un peu innocent, il ne fait pas attention à ce que l'on voie son sexe quand il est assis les jambes larges ouvertes... Ou bien le ferait-il exprès, se demande Yves ?

Il jette un coup d'oeil vers Pierre qui semble n'avoir rien remarqué, occupé qu'il est à contempler les environs avec un air enchanté :

- Il fait magnifique ici, Benjamin ! C'est le paradis terrestre !

- Oui hein ? sourit l'interpellé. Armand disait ça aussi...

- Tu l'aimais beaucoup Armand, pas vrai ? demande doucement Yves.

- Oui, beaucoup : il m'a tout appris ici. C'était comme mon meilleur ami, tu sais, et... le seul aussi !

- Et les garçons du village ?

- Oh, ceux-là sont gentils aussi, mais je ne les vois qu'à l'église, le dimanche.

- Tu aimes aller à l'église ?

- Oh oui ! J'adore le petit Jésus. Surtout quand il vient à Noël. J'aime pas quand il meurt sur la croix, à Pâques... C'est pas juste !

- Tu as raison, Benjamin, c'est pas juste...

- Appelles-moi Ben, comme les enfants de choeur, tu veux ?

- Ah, ça tombe bien, car Pierre et moi nous sommes aussi enfants de choeur dans notre village, en Belgique.

- C'est vrai ? Et c'est comme ici ?

- Sûrement, oui.

- C'est chouette alors, ça nous fait un point commun, non ?

- Oh, rassures-toi, Ben, on en trouvera d'autres, j'en suis sûr...

Yves utilise une voix douce, comme pour charmer le garçon, et il sent que ça fonctionne, car il n'a d'yeux que pour lui, comme si Pierre n'était pas là. Pierre qui se demande pourquoi son cousin regarde toujours à la dérobée le short de Benjamin à un endroit précis. Il bouge un peu sa chaise et se rend compte alors du spectacle : la queue de Benjamin sort presque de son short, longue et fine, quoique toute molle... ce qui n'est plus le cas d'Yves dont Pierre voit la bosse gonfler dans son short à lui.

Car ils sont en shorts aussi, avec cette chaleur, bien sûr, avec quand même un T-shirt au-dessus. Mais Yves semble avoir trop chaud, car il ôte son T-shirt en déclarant qu'il fait trop chaud. Aussitôt, Benjamin rigole :

- T'auras bientôt envie de te mettre à poils, tant il fait chaud parfois !

- Ca t'arrive parfois ? demande Pierre, prenant la balle au bond, enlevant son dessus à son tour.

- Ben oui, pardi, s'il fait chaud, on est mieux tout nu, dans les vignes : je suis toujours seul, alors...

- Bah, faut pas te gêner pour nous, tu sais, fait Yves doucement. Si tu as trop chaud, tu fais comme si on était pas là...

- Tu crois ? Mais ça se fait pas, si ?

- Nous ça nous dérange pas, ajoute Pierre : on dort souvent à poils tous les deux.

- Dans le même lit ? demande Benjamin éberlué.

- Oui, ça arrive, mais on garde un caleçon alors, précise Yves qui ne veut pas choquer le garçon.

- C'est rigolo ! rit maintenant Benjamin de son rire cristallin haut perché. Mais je dois vous montrer les vignes, non ?

- Oui, bien sûr. Mais si tu nous montrait d'abord le cabanon ?

- D'accord ! Venez voir. Armand avait tout aménagé comme une petite maison, des fois qu'on était pris ici par l'orage : on peut même y dormir...

Et le garçon est fier de leur montrer un vieux lit de fer dans un coin, mais assez large pour deux, tandis qu'un coin cuisine, une table et quatre chaises complètent l'ameublement sommaire du lieu. Dans un coin, une cheminée à feu ouvert laisse voir les restes d'un feu ancien, fait sans doute de sarments de vigne, dont un petit tas se trouve en-dessous du foyer surélevé.

En somme une chouette cabane de rêve !

- Waow, c'est super chouette ! s'exclame Yves enthousiaste.

- Ah oui, c'est dément ! précise Pierre.

- C'est beau hein ? fait béatement Benjamin en écho. Mais venez voir les vignes à présent, car sinon la matinée sera finie qu'on aura pas fait le tour !

- OK, disent en choeur les garçons.

Et là-dessus, le trio sort et s'éloigne du cabanon, faisant le grand tour des vignes : celles d'Armand et celles d'Eunice, quasi confondues. Mais Benjamin sait exactement ce qui est à chacun et le précise, de gestes larges et enthousiastes, comme un magicien avec sa baguette.

Yves et Pierre sont subjugués par sa science de la vigne, car il explique, tout au long de la visite, comment se passent les choses, du début à la fin de la saison, jusqu'aux vendanges qui se feront d'ici un mois environ.

En passant, ils tâtent le raisin, le goûtent, le soupèsent, et Yves se prend à espérer pouvoir en faire un jour autant avec les fruits de Benjamin qu'il a entrevus tout à l'heure...

Mais comment l'amener à « ça »... sans certaines précautions ?

Benjamin, malgré son corps d'homme accompli, et même de jeune athlète à séduit nos jeunes amis, sans le savoir. Mais est-il conscient de ça avec son esprit si jeune ?

Yves et Pierre restent suspendus aux lèvres du garçon... lèvres qu'ils voudraient tant goûter, forcer même !

Qu'en sera-t-il ?
Demain peut-être ?...

Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
Chapitre 29 - Les vignes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres en vignes
» Pêches des vignes au sirop
» 41e chapitre de l'Ordre de Château-Thierry
» Centralisation VF Jojolion (Chapitre 34 & 35)
» Chanteloup-les-Vignes : la police tombe dans un guet-apens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Yves et le Renard"-
Sauter vers: