Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 L'homme sous le tilleul 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1415
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 64
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: L'homme sous le tilleul 2   Ven 13 Fév - 21:31

Ho bonne mère, je ne vais pas me ruiner à t’offrir les cerises pour pas un sous. Mais tu peux bien m’accompagner jusqu’à la ferme qui est là-bas derrière le champ d’oliviers.
- d’accord.
Il remit son chapeau, se releva avec difficulté vu sa corpulence, puis se dirigea vers les vignes, « Je vais chercher le tracteur, tu n’auras qu’à monter à l’arrière pour faire le bout de chemin ».
Sortant des vignes, il s’arrêta près de moi et je pris place sur le siège peu confortable à l’arrière tournant le dos au conducteur, il démarra sur le chemin de terre caillouteux, au bout du chemin, il tourna à gauche pour emprunter un autre chemin poussiéreux où les ornières s’étaient creusées par le passage des machines seules des roches calcaires avaient résistées aux pneus.
Tout en franchissant un portail aux barrières de fer forgé ouvertes il me dit, « Voilà mon domaine ! »
Il rentra le tracteur dans le hangar et m’invita à entre dans sa demeure.
C’était une jolie petite ferme qui devait être très vieille, elle avait tout le charme de ces anciennes demeures Provençales.
A l’intérieur, les volets clos laissaient la pièce dans la pénombre, la baignant dans une fraicheur très agréable, des meubles aussi vieux que le mas donnait à cet intérieur un cadre rustique et chaleureux.
- Installes-toi, sur un banc à la table, je vais chercher le vin.
Je pris place sur un banc à cette longue table, cet ensemble de meuble massif dominait la décoration rurale du logis, cette maison avait une âme qui me charmait par sa simplicité.
Il revint avec un pichet de terre cuite, le posa sur la table et repartit prendre deux verres dans une armoire.
- tu vas goûter ce vin ! C’est du pipi du petit Jésus ce vin, la vigne à été généreuse l’an passé, goûtes moi ça !
Il remplit les deux verres tout en disant, « Au fait ! Moi, c’est Félicien, monsieur, c’est pour les gens de la ville ».
- Moi c’est Marcel.
Il leva son verre tout en disant, « A ta santé Marcellin ».Ce rosé était un vrai délice et sa fraîcheur lui un parfum sublime, « Il est délicieux ton vin, ses arômes de fruits au goût court dans le palais, lui donne une belle rondeur en arrière bouche, j’aime les vins ronds»
- tu n’aimes que la rondeur des vins ?
- Là, à toi de deviner » lui répondis-je en souriant.
- Méfies-toi, je suis fort en devinettes » et il éclata de rire et dans son regard brillait une expression coquine.
- je te laisse un moment pour aller chercher les cerises.
Seul, je pensais que j’aimerai partager des moments de tendresses avec cet homme, mais comme toujours je n’osais pas faire le premier pas.
Au bout d’un moment, il revint et tout en se tenant derrière moi, posa un panier remplit de cerises sur la table, « Voilà ! Tu verras, elles sont délicieuses », Tout en me parlant, il posa ses mains sur mes épaules, « Tu es une personne très attirante par ta simplicité Marcel. Si tu veux, nous pourrions ensemble découvrir d’autres choses».
Sa main pendant qu’il parlait descendait lentement le long de mon cou, se faufilant sous ma chemise entre-ouverte et caressait ma poitrine.
« Tu es une personne très attirante par ta simplicité Marcel. Si tu veux, nous pourrions ensemble découvrir d’autres choses».
Les yeux mi-clos, je me délectais de la chaleur de cette main rugueuse qui effleurait à peine ma peau voyageant sur mon torse avec tant de douceur.
- je crois pichoun, que nous partageons le même désir.
- Oui ! C’est vrai, moi aussi j’ai envie de toi.
- Tu me mets le feu, je voudrais te couvrir de câlins, assoies-toi sur la table ».
Je fis ce qu’il me dit, et dés cet instant je compris que j’étais partant pour partager ses jeux les plus fous, il enjamba le banc pour être face à moi, son regard plongé dans le mien, il déboutonnait ma chemise, la fit glisser le long de mon corps sans que son regard ne quitte le mien et lentement ses mains caressaient mon torse.
Jamais caresse d’homme ne fut si douce, ses mains râpeuses faisaient parcourir sur mon corps des frissons de plaisir, remontant le long de mon cou, elles vinrent se poser sur mes joues et dans le même instant ses lèvres taquinant ma bouche sans l’embrasser me plongeaient dans le désir de ce baiser.
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
L'homme sous le tilleul 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme vole 88 sous-vêtements à sa voisine
» La forêt tasmanienne, une forêt qui disparaît sous l'appétit de l'homme
» homme né sous x le 9/08/84 à Montreuil
» cacher les poches sous les yeux!!????
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Marcellin"-
Sauter vers: