Histoires Gays

Nous écrivons pour vous des histoires gays, mais vous pouvez aussi écrire vous-même.Nous serons donc heureux d'échanger des histoires gays, et même d'autres si vous le voulez... Installez-vous, vous êtes chez vous !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Si vous désirez lire nos histoires, inscrivez-vous donc, et vous pourrez le faire avec plaisir, car là, vous ne voyez qu'une partie du forum, ouverte à tous. Pour nous lire vraiment, il faut être MEMBRE... Gaikoala, et son équipe.

Partagez | 
 

 L'homme sous le tilleul 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin Balance Dragon
Messages : 1416
Date de naissance : 10/10/1952
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 65
Localisation : Bruxelles - Belgique

MessageSujet: L'homme sous le tilleul 6   Ven 13 Fév - 21:39

Tandis que j’arpentai le chemin de terre, dans l’euphorie, je riais, sautillant de joie, Félicien m’aimait et son offre était un gage d’amour.
Quand j’arrivai au gîte, elle était allongée dans une chaise longue lisant au soleil, en entendant mon pas sur les gravillons, elle tourna la tête et posa son livre.
- D’où viennent ces abricots ?
- C’est Félicien qui me les a remit.
- Ce monsieur est vraiment gentil.
- Encore bien plus que tu ne crois !
- Pourquoi ?
- tu sais ! Dans nos conversations, je lui avais dit que nous aimerions passer plus de temps en Provence, mais qu’avec nos revenus cela nous était impossible.
Et figures toi, alors que nous parlions de tout et de rien, il m’a demandé si nous serions intéressés d’occuper à l’année une annexe de sa maison.
- Mais enfin Marcel ! Tu sais très bien que nous ne saurions pas nous permettre de louer à l’année.
- il ne veut pas nous le louer ! Il nous propose de l’occuper sans payer de loyer.
- C’est quoi ce truc ! Tu ne trouves pas cela bizarre ?
- Non, je crois que cette invitation est sincère, c’est la chance de notre vie, on pourrait monter voir, cela ne nous engage à rien.
- Si tu veux, mais moi je reste perplexe ! Ce monsieur ne te connait que depuis peu et puis où est l’intérêt pour lui de nous faire un tel cadeau ?
- je ne sais pas ! Cette proposition est tellement inattendue que j’en ai l’esprit tout retourné, comme tu es moins naïve que moi, tu pourras mieux comprendre le pourquoi. Viens, tu verras l’endroit est très beau, je sors la voiture et on y monte.
Alors que nous roulions vers chez Félicien, soudain une pensée me traversa l’esprit, pourvu qu’il ne soit pas assis nu à la porte à notre arrivée, en entrant dans la cour je poussais un ouf de soulagement, il était bien assis à la table mais habillé avec son éternel chapeau sur la tête.
Il vint vers nous et comme ma femme sortait de la voiture, il retira son chapeau pour la saluer tout en lui disant, « Bonjour Madame ! Je suis heureux d’enfin faire votre connaissance, Marcel parle tellement de vous que j’espérai bien vous rencontre avant votre retour en Belgique.
- Et moi je rencontre enfin Le Monsieur Félicien qui nous offre des si beaux fruits.
- Installez-vous, je vous offre un verre de vin, rosé, où blanc?
- Je prendrai volontiers un verre de blanc », lui répondit-elle.
- Et toi Marcel, un rosé ?
- Oui Félicien.
Il posa sur la table un pichet de rosé et une bouteille de blanc, qu’il déboucha, il en versa dans le verre de ma femme puis nous servit du rosé, en souriant, il leva son verre en disant, « A la santé de votre rencontre ma chère madame ».
- Votre vin blanc est délicieux !
- C’est un chardonnay de pays, je suis ravi qu’il vous plaise.
J’étais content de constater que le courant passait, ma femme et Félicien, ils jacassaient tout deux comme des pies, parlant de la région, m’excluant presque de leur conversation.
- Marcel vous a touché un mot de notre conversation de cette après-midi ?
- Oui, oui ! Mais cela me gêne beaucoup Monsieur Félicien, vous savez, nous sommes des gens très simples et cette proposition me semble tellement irréelle.
- Vous savez cette demeure est si grande pour un homme seul, et puis Marcel qui me parle sans cesse avec amour de mon pays. Et surtout de votre désir commun d’y venir plusieurs mois ! Je serai très heureux d’être en partie le complice de ce bonheur, et vous avoir là, briserait un peu ma solitude tout en réchauffant le cœur d’un vieil homme.
- Monsieur Félicien, je ne sais quoi dire !
- Alors dite oui, nous en seront tout trois heureux, laissez moi faire cette bonne action et surtout de grâce appelez moi Félicien tout court au diable le monsieur.
- D’accord, mais à vous aussi de m’appelez Marie et plus Madame.
- Parfait, alors Marie, je vais te faire visiter le lieu qui pourrait devenir votre petit logis en Provence.
Il se leva et l’invita à le suivre, alors qu’ils se dirigeaient vers le logis, Félicien se retourna et me dit, « Oh ! Pichoun, tu ne viens pas avec nous ? »
- non, je vais rester ici pendant que tu fais le guide touristique.
Un bon moment s’était écoulé quand ils sortirent tout deux en riant, ils vinrent me rejoindre à table et Félicien reversa un coup de vin.
Je mourrai d’envie de poser la question, mais je me devais de laisser ma femme être l’instigatrice de ce choix.
Ils se regardaient tout deux avec des yeux complices et un sourire se dessinait sur leur visage, comme si ils se jouaient de moi, quand soudain Marie posa sa main sur la mienne, « Je crois que j’ai envie d’accepter l’offre de Félicien ! Nous rêvons de cela depuis tant d’années et d’un coup de baguette magique il devient réalité ».
- Si tu savais comme je suis heureux », je me levai pour aller faire la bise à Félicien, « Je te remercie c’est le plus beau cadeau de ma vie ».
J’embrassais ma femme et lui dit, « Ce n’est que du bonheur, ils ne vous restent plus qu’a vous mettre au travail maintenant ».
- Oui ! » me dit-elle, « Félicien m’a même proposé de prendre dans le mobilier et les objets qui sont sous les draps, ce qui pourrait nous convenir pour l’aménagement.
- Le plus gros travail sera d’installer le coin salle de bain et le coin cuisine, mais si cela vous intéresse, j’ai un ami qui est dans la construction, je peux lui demander de me remettre prix.
L’on restait encore un bon moment à discuter de notre futur logis, chacun donnant son avis pour limiter les frais des travaux.
Il nous restait trois semaines de vacances pour commencer à aménager notre future demeure.
Quand l’on quitta Félicien, le soleil couchant traçait une bande de lumière sur les villages de Puymeras et de Faucon, ce paysage était splendide, tout comme la joie que j’éprouvai en sachant que je pourrais me lover entre les deux êtres que j’aimais.
Vers huit heures, je me levai en super forme, dans le rituel des gestes du levé, je préparai mon café, dés qu’il fut passé, je pris une tasse sans lait avec deux sucres, je m’installai sur la terrasse, là sous le soleil levant, je le dégustai tout en pensant à cette vie future chez Félicien.
Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
L'homme sous le tilleul 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme vole 88 sous-vêtements à sa voisine
» La forêt tasmanienne, une forêt qui disparaît sous l'appétit de l'homme
» homme né sous x le 9/08/84 à Montreuil
» cacher les poches sous les yeux!!????
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires Gays :: "Marcellin"-
Sauter vers: